Prochaine séance – 23 janvier 2019

Mis en avant

La prochaine séance du séminaire du GRID aura lieu le mercredi 23 janvier et aura pour thème « Visiter et être visité ». Elle se tiendra de 17h à 20h en salle D116 à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75 006 Paris.

Nous aurons le plaisir d’y écouter les deux interventions suivantes:

  • Caroline Touraut (DAP, ISP Cachan) : « Les parloirs, une rencontre tant attendue, aux enjeux pluriels »
  • Lola Zappi (Centre d’histoire de Sciences Po) : « Le rôle central des assistantes sociales dans le maintien des liens familiaux face aux cas d’enfants placés »

Nous espérons vous y voir en nombre!

JE – Les archives de l’établissement pénitentiaire de Fresnes – 30 janvier 2019

Les archives du Val de Marne organisent une journée d’étude autour des archives de l’établissement pénitentiaire de Fresnes à l’occasion de la finalisation de l’instrument de recherche méthodique portant sur ce fonds. En croisant les points de vue des producteurs, des archivistes, des historiens et des généalogistes, il s’agira d’illustrer la diversité des domaines et des périodes qui peuvent être étudiés au travers des archives de Fresnes (guerre d’Algérie, personnel pénitentiaire, première et seconde guerres mondiales, histoire familiale, etc.), mais aussi la multiplicité des formes d’études (dans le cadre d’une thèse, d’un documentaire audiovisuel, d’une exposition virtuelle, ou d’une « simple » recherche généalogique).

Lieu : Maison départementale des syndicats Michel Germa, 11-13 rue des Archives, 94000 Créteil

Date : Mercredi 30 janvier 2019, de 9h30 à 17h30

Lien vers le programme et vers la réservation : http://archives.valdemarne.fr/_depot_ad94/basesdoc/4/6688/decouvrez-le-programme-.pdf

JE – « Prison et peine » – 25 janvier 2019

La journée d’études « Prison et Peine : droit, sujet, politique » se tiendra au Palais Bourbon, salle Colbert (Métro :  Assemblée nationale) le vendredi 25 janvier 2019, de 9 h à 18 h. Elle est organisée par l’Université Paris-Diderot, l’Institut Humanités, Sciences et sociétés, le CPRMS et  le CERT. L’entrée est libre mais l’inscription est obligatoire avant le 16 janvier : g.tiscini@gmail.com

Programme :

9 h – Ouverture

Fethi Benslama, Laurie Laufer, Adrien Taquet

9 h 45 – Lieux de la prison

Discutants : Thierry Lamote, Laurie Laufer

* Michelle Perrot, Autour de la prison

* Frédéric Chauvaud, Les enjeux punitifs de la prison en images (caricatures et dessins de presse, des années 1880 aux années 1960)

* Jérémie Peltier, Les Français et la prison : état des lieux

11h 15 – Pause

11 h 30 – Soigner, prévenir, guérir

Discutants : Léa Kalaora, Giorgia Tiscini

* Richard Rechtman, Remarques sur l’essor de la santé mentale en prison

* Virginie Gautron, Soigner, moraliser et contrôler : les finalités concurrentielles des soins pénalement ordonnés

* Caroline Protais, La prise en charge des addictions en milieu carcéral : regard sur un dispositif expérimental de communauté thérapeutique

13 h – Déjeuner

14 h 45 – Droit et peine

Discutants : Thamy Ayouch, Fethi Benslama

* Adeline Hazan, Privation de liberté et sens de la peine

* Giorgia Tiscini, L’institutionnalisation de la prison et le sens de la peine

* Frédéric Gros, Les quatre foyers de sens de la peine

16 h 15 – Enfermement, crime et peine

Discutants : Léa Kalaora, Giorgia Tiscini

* Antoine Vey, Titre à venir

* Léopold Lambert, La prison, un crime par l’architecture

* Laurent Dartigues, Crime, biologie et peine, de Cesare Lombroso à Adrian Raine

Podcast – Séance 2, Année 2

Hier avait lieu la deuxième séance de la deuxième année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était intitulée « Correspondre entre les murs ». A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’entendre Elsa Génard à propos des liens épistolaires et des liens familiaux en prison, ainsi que Paul Marquis sur les liens familiaux au prisme de la correspondance asilaire. 

La communication d’Elsa Génard est désormais (ré)écoutable via le podcast ci-dessous: 

_ Intervention Elsa Génard: 
« “Je t’écrirais plutôt trois fois qu’une si cela dépendait de moi”. Liens épistolaires et liens familiaux en prison (France, fin XIXe siècle-années 1930) »

https://ia801505.us.archive.org/18/items/CommunicationElsa.3gp/Communication%20Elsa.mp3

Parution – Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institutions au XIXe siècle

L’actualité éditoriale des membres du GRID est décidément chargée puisque après Anatole Le Bras, c’est Mathilde Rossigneux-Méheust qui fait paraître un ouvrage, issu de son travail de thèse et intitulé Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institutions au XIXe siècle

« Alors que persiste aujourd’hui encore l’image de « l’hospice mouroir », le développement d’établissements pour la vieillesse au XIXe siècle témoigne au contraire d’une préoccupation nouvelle dans la société française : comment prendre soin des vieux ?

A Paris, en amont des grandes lois républicaines du XXe siècle, un vaste dispositif d’assistance se met en place pour nourrir et loger à vie des milliers de vieux indigents. Pour les classes populaires, vivre et mourir en institution devient une expérience ordinaire de la fin de vie. L’analyse de la vie privée des hospices et des maisons de retraite révèle la place ambiguë que la France post-révolutionnaire réserve à ses aînés, entre rejet et bienveillance, protection et surveillance ».

Plus d’information à l’adresse suivante: http://www.champ-vallon.com/mathilde-rossigneux-meheust-vies-dhospice/

Podcast – Séance 1, Année 2

Il y a un mois se tenait la première séance de la deuxième édition du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette première session a permis d’introduire le thème général de l’année, puis de revenir sur la question des « liens familiaux prescrits par les institutions ». A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’entendre Anatole Le Bras à propos des relations conjugales des internés dans les asiles au XIXe siècle, ainsi que Pierre Porcher, sur la question des relations entre le personnel des lycées et les familles des élèves sous la Troisième République. 

L’introduction générale de la thématique annuelle du séminaire ainsi que la communication d’Anatole Le Bras sont désormais (ré)écoutables via les podcasts ci-dessous: 

_ Introduction générale

https://ia801505.us.archive.org/6/items/IntroductionGenerale/Introduction%20generale.mp3

_ Intervention d’Anatole Le Bras: « Imposer la bonne distance. Les relations conjugales des internés sous l’œil des médecins aliénistes au XIXe siècle »

https://ia601507.us.archive.org/2/items/CommunicationAnatole/Communication%20Anatole.mp3

Parution: Vulnérables. Les patients psychiatriques en Belgique (1914-1918)

L’ouvrage de Benoît Majerus et de Anne Roekens part de l’idée  que l’un des angles morts de ces années de guerre réside dans le sort des patients psychiatriques. Internés dans des grandes structures, tributaires des rations officielles, ceux-ci sont touchés par une surmortalité hors norme. L’ouvrage est consacré à l’analyse de ce processus de fragilisation, encore très peu étudié. Des chapitres thématiques alternent avec l’évocation d’une certaine Élise qui a vécu ces événements de l’intérieur.

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993100211100

Parution: « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) » de Nicolas Picard

S’appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives, l’ouvrage de Nicolas Picard (l’un des membres du projet « micropénalité ») présente l’histoire de l’application de la peine de mort par les cours d’assises en France métropolitaine. Partant des pulsions punitives présentes dans l’opinion publique, il montre comment les enquêtes judiciaires « construisent » des affaires où la peine de mort est encourue, et les tensions à l’œuvre dans les procès. La part de la peine de mort dans la répression criminelle, l’évolution du rythme des condamnations, les profils des condamnés à mort sont successivement examinés. Le processus gracieux, qui permet de sauver la tête d’une majorité de condamnés à mort, est étudié dans son fonctionnement et ses variations. La détention de ces condamnés particuliers soulève de nombreuses difficultés, entre souci d’humanité et impératif de sécurité. Le propos s’attache à retracer l’expérience de la préparation à la mort, avant d’aborder les différentes dimensions de l’exécution par guillotine. Une place est aussi accordée à la destinée des condamnés graciés et leur éventuelle réinsertion.

Nicolas Picard, « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) », Paris, Institut Universitaire Varenne, 2018

http://www.lextenso-editions.fr/ouvrages/document/233818197?simpleSearch=picard

Exposition, Mohamed Bourouissa: art et psychiatrie en Algérie au centre Pompidou

L’installation que l’artiste (qui est l’un des finalistes du prix Marcel Duchamp) a conçue pour cette exposition s’intéresse à un bâtiment historique, celui du premier hôpital psychiatrique construit en Algérie, à Blida  en 1937. Cet hôpital a été dans les années 1950 le lieu d’une rupture déterminante avec les méthodes discriminatoires et les thérapies de l’époque coloniale (Voir le travail de Paul Marquis). Le psychiatre et philosophe Frantz Fanon y a introduit de nouvelles méthodes de soin, fondées notamment sur le jardinage. Mohamed Bourouissa a pris pour guide un doyen du lieu, un patient qui a traversé le siècle. Une construction architectonique et un film interrogent cette histoire où s’entremêlent une idée de la folie, une pratique de la domination et une théorie raciale.

https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f&param.idSource=FR_E-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f

C’est du 10 oct. 2018 au 31 déc. 2018 de 11h à 21h à la Galerie 4 du Centre Pompidou, Paris

Prochaine séance – 19 décembre 2018

La prochaine séance du séminaire du GRID se tiendra mercredi 19 décembre, de 17h à 20h, à la Maison de la recherche (28, rue Serpente), salle D116.
Cette deuxième séance de l’année aura pour thème : Correspondre entre les murs

Nous écouterons les interventions suivantes : 

Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « “Je t’écrirais plutôt trois fois qu’une si cela dépendait de moi”. Liens épistolaires et liens familiaux en prison (France, fin XIXe siècle-années 1930) »

Paul Marquis (Centre d’histoire de Sciences Po) : « “Cet attachement me laisse croire que je suis par l’âme avec vous” : les liens familiaux au prisme de la  correspondance asilaire (Algérie, années 1930 – années 1960) »

Prochaine séance – 21 novembre 2018

Toute l’équipe du GRID est ravie d’annoncer la reprise du séminaire « Entre les murs, hors les murs »! Cette année, la thématique est intitulée « liens familiaux et institutions disciplinaires ». Le programme de l’ensemble des séances est consultable ici:

La première d’entre elles aura lieu le mercredi 21 novembre, et sera consacrée à la question des liens familiaux prescrits par les institutions. Elle se tiendra de 17h à 20h en salle D116 à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75 006 Paris.

Après une brève introduction de la thématique de l’année, nous aurons le plaisir d’y écouter les deux interventions suivantes:

  • Pierre Porcher (Centre d’histoire du XIXe siècle, Sorbonne Université) : « La guerre des parents a-t-elle eu lieu ? Les relations entre le personnel des lycées et les familles des élèves sous la Troisième République, entre séduction, complicité et oppositions »
  • Anatole Le Bras (Centre d’histoire de Sciences Po) : « Imposer la bonne distance. Les relations conjugales des internés sous l’œil des médecins aliénistes au XIXe siècle »

Nous espérons vous y voir en nombre!

Parution – Une fille en correction, de JF Laé

Jean-François Laé publie aux CNRS Editions un ouvrage intitulé Une Jeune fille en correction, lettres à son assistante sociale (1952-1965). L’ouvrage retrace, à partir du dossier constitué par son assistante sociale, le parcours de Micheline, placée en établissement pour jeunes filles difficiles suite à une demande de correction paternelle.

Pour en savoir plus: http://www.cnrseditions.fr/histoire/7644-une-fille-en-correction.html

Parution – Un enfant à l’asile, d’Anatole Le Bras

Anatole Le Bras, membre du GRID, a publié aux CNRS éditions un ouvrage intitulé Un enfant à l’asile, Vie de Paul Taesch (1874-1914). L’ouvrage retrace, à partir de l’autobiographie de Paul Taesch et d’un long travail d’archives, la vie d’un jeune interné dans un asile de Quimper à la fin du XIXe siècle.

Plus d’informations à l’adresse suivante: http://www.cnrseditions.fr/histoire/7643-un-enfant-a-lasile.html

Colloque « Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles », Grenoble, 27 et 28 septembre 2018

COLLOQUE : « POUR UNE HISTOIRE DES PUNI.ES DANS LES INSTITUTIONS DISCIPLINAIRES EN EUROPE (XIXE-XXE SIECLES) »

Date : 27 et 28 septembre 2018

Lieu : salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères

Programme : https://bit.ly/2NUTWqr

Présentation : Cette troisième rencontre s’inscrit dans un projet de recherche collectif intitulé « La micropénalité en institutions en Europe (XIXe – XXe siècles) : pour une histoire sociale comparée des institutions à l’époque contemporaine ». L’enjeu de ce projet est double. L’objet qui rassemble ces chercheurs est, à un premier niveau, l’étude des punitions ordinaires, soit l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles, réglementées ou non, produites dans le cadre d’une institution pour sanctionner les comportements estimés non conformes. Mais il adopte aussi une perspective comparatiste centrale pour interroger les continuités et les permanences qui traversent l’ensemble des institutions disciplinaires contemporaines en Europe (asile psychiatrique, caserne, couvent, école, hôpital, maisons de redressement, maison de retraite, prison, usine). Ainsi, en pensant ensemble des institutions étudiées jusque-là indépendamment les unes des autres, l’étude du phénomène micropunitif a pour ambition de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, à mettre en résonnance des régimes politiques aux idéologies divergentes, à penser le temps long de l’histoire des populations prises en charge temporairement ou à titre définitif par une institution.

Le colloque organisé à Grenoble en septembre 2018 sera donc consacré aux femmes et aux hommes puni.es. Il prolonge la réflexion collective autour des interactions punitives entamée en décembre dernier à partir de l’étude du pouvoir des administrations. Des logiques institutionnelles qui justifient, formulent, discutent, établissent les assises théoriques et les formes pratiques qu’empruntent les punitions du quotidien, nous passerons à l’étude de ceux qui les éprouvent. Il s’agira donc cette fois-ci de s’interroger sur les effets biographiques, économiques, physiques, relationnels et émotionnels du pouvoir punitif. Malgré l’apparente binarité entre des administrations qui punissent et des populations instituées qui sont punies, c’est toute la complexité de l’expérience punitive qui sera ici interrogée. La question posée peut néanmoins se résumer simplement : qui est puni.e dans les murs des institutions disciplinaires et que fait l’exercice de la discipline quotidiennement administrée à des soldats, des élèves, des malades, des délinquants, des criminels ? La visibilité très variable selon les institutions de la question punitive, son caractère assumé ou caché, le caractère extrêmement disparate des sources sur les populations en institution sont une chance pour cette rencontre qui entend mieux comprendre la fabrique quotidienne des puni.es de l’école à l’hospice. Ainsi nous invitons les participants à multiplier les angles de vue pour saisir les puni.es. En questionnant l’articulation entre le collectif et l’individuel et en faisant varier les échelles d’analyse, de l’étude des populations punies à celle des biographies personnelles, nous espérons donner à la comparaison des institutions disciplinaires de nouveaux objets.

Colloque organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles)

 

 

 

Podcast Séance 6

En juin dernier avait lieu la sixième et dernière séance de la première année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était consacrée aux populations mobiles. Elle nous avait permis d’entendre successivement les présentations de Paul Marquis, de Véronique Fau-Vincenti et de Marie Derrien et Mathilde Rossigneux-Méheust. 

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter les deux premières communications par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

_ Intervention de Paul Marquis: « Des détenus politiques à l’hôpital psychiatrique : parcours individuels et positionnements institutionnels pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) »

_ Intervention de Véronique Fau-Vincenti: « De Charybde en Scylla : itinéraires de patients médico-légaux ayant transité en service de sûreté psychiatrique (1910-1960) »