Communiqué du GRID du 27 janvier 2020

Depuis 2017, nous formons un groupe de recherche d’historiens et d’historiennes spécialistes d’histoire sociale contemporaine. Comme l’ont exprimé d’autres jeunes groupes de recherche (Traitement & Contraintes), face à la future Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR), nous oscillons entre inquiétude pour notre avenir et révolte contre un système qui va renforcer la précarité du monde de la recherche et ses hiérarchies. Nos statuts diffèrent, mais nos inquiétudes et nos colères sont communes. Des postes toujours moins nombreux, une concurrence accrue entre chercheur.es, des rapports de pouvoir exacerbés par la concentration des moyens sur quelques personnes, un horizon bouché, des retraites dévaluées dans l’enseignement supérieur comme dans le secondaire, l’obligation de penser par projet, la menace qui pèse sur notre liberté scientifique pour définir et construire nos objets d’étude, la perspective d’avoir toujours moins de temps de recherche et d’être soumis à toujours plus d’évaluations, et fondamentalement la crainte de ne pas pouvoir faire le métier que nous avons choisi et que nous aimons.

De notre expérience de collectif, nous avons tiré la profonde conviction que faire de la recherche suppose d’avoir une sécurité financière, du temps et des institutions qui nous soutiennent. La future LPPR entend faire émerger l’excellence d’une mise en concurrence généralisée et d’une logique de concentration des ressources. Or ce dont nous avons besoin pour produire une recherche de qualité et libre, c’est d’abord d’avoir un emploi stable et pérenne et d’avoir du temps. Du temps pour aller aux archives, du temps pour y passer toujours plus de temps que prévu, du temps pour lire et écrire, du temps pour partager nos réflexions, et du temps pour les transmettre. Et pas de ce temps perdu à rédiger des projets de recherche qui repousse éternellement le moment de chercher, à candidater à des postes faiblement rémunérés, de courte durée, dans un contexte de pénurie.

Par ce texte, nous cherchons à exprimer une profonde colère et une vive inquiétude face à l’avenir que ce gouvernement nous prépare, et nous nous joignons à la mobilisation en cours contre l’ensemble des lois qui fragilisent nos conditions de travail et nos existences.

Le comité du Groupe de recherche sur les institutions disciplinaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.