Avis de soutenance – Thèse d’Elsa Génard

Elsa Génard soutiendra sa thèse d’histoire contemporaine intitulée « À la peine. Une histoire sociale des interactions carcérales (France, années 1910 – années 1930) », réalisée sous la direction de Dominique Kalifa puis de Claire Zalc.

Le jury sera composé de :

Madame Raphaëlle Branche, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Nanterre

Monsieur Quentin Deluermoz, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris

Madame Anne-Emmanuelle Demartini, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Sorbonne Paris Nord

Monsieur Pierre Karila-Cohen, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2

Monsieur Xavier Rousseaux, directeur de recherches FRS-FNRS, professeur extraordinaire à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)

Madame Claire Zalc, directrice de recherche CNRS, directrice d’études à l’EHESS

La soutenance aura lieu le vendredi 12 mars 2021 à 14h en salle 216 du Centre Panthéon (12 place du Panthéon 75005 Paris). En raison de la situation sanitaire, elle sera retransmise pour le public par visioconférence. Si vous souhaitez y assister, vous pouvez prendre contact avec Elsa Génard à l’adresse suivante : elsa.genard@gmail.com

À la peine. Une histoire sociale des interactions carcérales (France, années 1910 – années 1930)

Après l’adoption d’un arsenal pénal et pénitentiaire au début de la IIIe République et le rattachement de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice en 1911, la prison est passée au second plan des préoccupations politiques nationales. L’absence de réforme majeure jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et la baisse du nombre de détenus ont souvent conduit à présenter la prison de la première moitié du XXe siècle comme une institution « immobile ».

Cette thèse en interroge, au contraire, l’historicité, en proposant une histoire sociale de la prison à partir des interactions carcérales. Outre un ensemble varié de sources publiées (règlements, statistiques, budgets, débats), ce travail s’appuie essentiellement sur les archives de quatre établissements pénitentiaires : Fresnes, Fontevrault, Laon et Rennes. L’analyse des registres d’écrou, des dossiers de détenus et autres « écritures pénitentiaires » rend possible une histoire concrète et située des relations de pouvoir en prison des années 1910 jusqu’à la fin des années 1930.

De l’entrée à la sortie, du prétoire au parloir, la thèse suit le cheminement des hommes et femmes incarcérés, pris dans différentes configurations d’enfermement. Soumises aux perturbations de la Première Guerre mondiale et aux évolutions sociales, pénales et économiques d’après-guerre, les interactions carcérales jouent et rejouent la palette des relations sociales dans la France de la première moitié du XXe siècle.

A sentence to endure. A social history of interactions in prison (France, 1910s – 1930s)

After a new penal and carceral arsenal was adopted at the onset of the Third Republic, and after prison administration was attached to the Ministry of Justice in 1911, prison ceased to be as vividly discussed by policy makers. The lack of major reforms until WWII and the decrease in prisoners have often led historians to present the prison of the first half of the 20th century as an “immobile” institution.

This thesis, on the contrary, attempts to ascertain its historicity, by offering a social history of prison grounded in carceral interactions. In addition to a diverse set of published sources (regulations, statistics reports, budgets, public debates), this work builds mainly on the archives of four penal institutions: Fresnes, Fontevrault, Laon et Rennes. The analysis of admission registers, prisoners’ files and other “carceral writings” allows for a concrete and empirically rooted history of power relationships in prison from the 1910’s until the end of the 1930’s.

From admission to release, from prison courtroom to visiting room, this thesis follows the paths of incarcerated men and women, as they are subjected to different patterns of imprisonment. By studying how WWI and the ensuing economic and social evolutions affected prison life, we show that carceral interactions tap into the full repertoire of interpersonal relationships of that period.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.