Parution – Dossier « Psychiatrie & Prison »

Le blog de l’Observatoire international des prisons publie ces semaines-ci une série de 13 articles sur le thème « Psychiatrie et prison », en accès libre sur le site de Mediapart. Trois d’entre eux ont été mis en ligne à ce jour. Voici le lien vers le premier billet :

https://blogs.mediapart.fr/observatoire-international-des-prisons-section-francaise/blog/150518/malades-psychiques-en-prison-une-folie

 

Annulation de la séance du 16 mai

Xavier de Larminat ayant annulé sa venue à notre séminaire, nous avons décidé d’annuler la prochaine séance de notre séminaire « Entre les murs, hors les murs » qui devait se tenir le mercredi 16 mai.
L’intervention de Paul Marquis est par conséquent reportée à la séance suivante, le 20 juin, où nous écouterons donc trois intervenant.e.s. Notez que cette séance commencera plus tôt que d’habitude, dès 16 h.
Nous vous prions de nous excuser pour ce changement de programme.
L’équipe du GRID

Parution – La fin de l’asile ?

Les Presses universitaires de Rennes font paraître un ouvrage qui interroge les limites et les faux-semblants des politiques de désinstitutionnalisation psychiatrique, intitulé La fin de l’asile ? Histoire de la déshospitalisation psychiatrique dans l’espace francophone au XXe siècle et codirigé par Alexandre Klein, Hervé Guillemain et Marie-Claude Thifault.

« Au cours des années 1960, les pays occidentaux s’engagèrent dans un processus politique, médical et administratif visant à sortir les malades des hôpitaux psychiatriques. Mais est-ce pour autant la fin de l’asile ? En retraçant l’histoire des modalités de sortie de l’asile dans le monde francophone du XXe siècle, cet ouvrage constate la nature mythique de la désinstitutionnalisation. »

Plus d’informations à l’adresse suivante : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4613

A noter en particulier l’étude par Marie-Claude Thifault d’un parcours transinstitutionnel de patiente, analysé comme contrecoup de la déshospitalisation (p. 189-200). Le thème de la sortie des institutions sera justement l’objet de la prochaine séance de notre séminaire, le 16 mai.

Parution – Schizophrènes au XXe siècle

Le dernier livre d’Hervé Guillemain, intitulé Schizophrènes au XXe siècle. Des effets secondaires de l’histoire, paraît ce mois-ci.

Voici la description qui en est donnée sur le site de l’éditeur :

« Inventée vers 1900, la schizophrénie est devenue en cent ans la plus grande pourvoyeuse d’hospitalisations psychiatriques. Un objet récurrent d’intérêt médiatique également. L’appellation, stigmatisante, semble d’ailleurs amenée à disparaître des classifications mondiales.
L’historien Hervé Guillemain s’est plongé dans les dossiers de milliers de patients. Pour écrire non pas l’histoire de la schizophrénie mais bien celle des schizophrènes, ce nouveau sous-ensemble de population qui réunit, sous l’égide de la science et de la clinique, aussi bien des domestiques en difficulté que des migrants confrontés à la crise ou de jeunes adultes aspirant à l’émancipation.
Pourquoi et comment une maladie mentale naît-elle, évolue-t-elle et meurt-elle ? À ces questions, l’auteur répond en écoutant la voix de ceux qui furent les sujets et l’objet d’un épisode phénoménal du XXe siècle. »
http://www.alma-editeur.fr/schizophrene_au_xxe_siecle.html

Prochaine séance – Mercredi 28 mars

A vos agendas ! La prochaine séance du séminaire aura lieu le mercredi 28 mars. Nous nous pencherons cette fois-ci sur la question des transferts intra-institutionnels en écoutant deux interventions :

  • Jérôme Krop (Laboratoire CREHS, université d’Artois) : « La mobilité des enseignants de la première génération des instituteurs et institutrices de la IIIe République dans la Seine : un reflet de la structuration du champ de l’enseignement primaire (1870-années 1920) »
  • Mathieu Marly (IHRIS, Lille III) et Lionel Kesztenbaum (INED) : « Les mobilités inter-armes dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale »

Comme les fois précédentes, le séminaire se déroulera au 17 rue de la Sorbonne, escalier C 3e étage, salle Fossier.

L’intégralité du programme est toujours disponible à l’adresse suivante : https://grid.hypotheses.org/programme-2017-2018

Parution – The Cost of Insanity

Alice Mauger, The Cost of Insanity in Nineteenth-Century Ireland. Public, Voluntary and Private Asylum Care 

Palgrave Macmillan, 2018

ISBN978-3-319-65244-3

Fondé sur une étude comparative entre institutions publiques et privées, ce livre étudie l’institutionnalisation des malades mentaux en Irlande au XIXe siècle sous l’angle des arbitrages économiques et financiers relatifs aux placements. Il accorde une attention particulière aux patients admis à titre payant, généralement moins étudiés que les malades indigents.

Le chapitre 3, intitulé « An institutional marketplace », évoque la question des transferts entre institutions pour motifs financiers.

Le livre est disponible en open access sur Palgrave Connect.

Sortie en salles. 12 jours, de Raymond Depardon

Le nouveau documentaire de Raymond Depardon, qui sort en salles aujourd’hui, mercredi 29 novembre, renoue avec deux thèmes chers au réalisateur : la psychiatrie (San Clemente, Urgences) et la justice (10e chambre).

Les « douze jours » qui donnent son titre au documentaire représentent le délai au cours duquel, depuis la loi du 27 septembre 2013, les personnes faisant l’objet d’une procédure d’hospitalisation sous contrainte doivent être présentées à un juge des libertés. Celui-ci doit alors décider du maintien de la mesure ou de la remise en liberté. Le réalisateur a obtenu l’autorisation exceptionnelle de filmer ces audiences à l’hôpital du Vinatier (Lyon).

Dix patients se succèdent devant la caméra. Fidèle à sa manière habituelle de filmer, Raymond Depardon installe le spectateur au plus près du face-à-face entre le patient et le juge – face-à-face médiatisé par la présence d’un avocat aux côtés des patients. C’est aussi une rencontre entre deux institutions qui est filmée – l’hôpital et la justice –, qui se matérialise par ce dispositif singulier de la salle d’audience installée au cœur du Vinatier.

La parole des patients exprime leur souffrance, leur délire parfois, mais aussi leur aspiration à voir leur dignité de citoyen reconnue et défendue.