Journée d’étude – Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions

Le programme définitif de notre journée d’étude intitulée « Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions », qui se tiendra le jeudi 15 novembre au Centre d’histoire de Sciences Po, est désormais en ligne! Il est consultable à l’adresse suivante:

http://chsp.sciences-po.fr/evenement/penser-depenser-et-dispenser-largent-en-institutions-xviiie-xxe-siecles

Nous espérons vous y voir nombreux!

Parution: Vulnérables. Les patients psychiatriques en Belgique (1914-1918)

L’ouvrage de Benoît Majerus et de Anne Roekens part de l’idée  que l’un des angles morts de ces années de guerre réside dans le sort des patients psychiatriques. Internés dans des grandes structures, tributaires des rations officielles, ceux-ci sont touchés par une surmortalité hors norme. L’ouvrage est consacré à l’analyse de ce processus de fragilisation, encore très peu étudié. Des chapitres thématiques alternent avec l’évocation d’une certaine Élise qui a vécu ces événements de l’intérieur.

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993100211100

Parution: « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) » de Nicolas Picard

S’appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives, l’ouvrage de Nicolas Picard (l’un des membres du projet « micropénalité ») présente l’histoire de l’application de la peine de mort par les cours d’assises en France métropolitaine. Partant des pulsions punitives présentes dans l’opinion publique, il montre comment les enquêtes judiciaires « construisent » des affaires où la peine de mort est encourue, et les tensions à l’œuvre dans les procès. La part de la peine de mort dans la répression criminelle, l’évolution du rythme des condamnations, les profils des condamnés à mort sont successivement examinés. Le processus gracieux, qui permet de sauver la tête d’une majorité de condamnés à mort, est étudié dans son fonctionnement et ses variations. La détention de ces condamnés particuliers soulève de nombreuses difficultés, entre souci d’humanité et impératif de sécurité. Le propos s’attache à retracer l’expérience de la préparation à la mort, avant d’aborder les différentes dimensions de l’exécution par guillotine. Une place est aussi accordée à la destinée des condamnés graciés et leur éventuelle réinsertion.

Nicolas Picard, « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) », Paris, Institut Universitaire Varenne, 2018

http://www.lextenso-editions.fr/ouvrages/document/233818197?simpleSearch=picard

Exposition, Mohamed Bourouissa: art et psychiatrie en Algérie au centre Pompidou

L’installation que l’artiste (qui est l’un des finalistes du prix Marcel Duchamp) a conçue pour cette exposition s’intéresse à un bâtiment historique, celui du premier hôpital psychiatrique construit en Algérie, à Blida  en 1937. Cet hôpital a été dans les années 1950 le lieu d’une rupture déterminante avec les méthodes discriminatoires et les thérapies de l’époque coloniale (Voir le travail de Paul Marquis). Le psychiatre et philosophe Frantz Fanon y a introduit de nouvelles méthodes de soin, fondées notamment sur le jardinage. Mohamed Bourouissa a pris pour guide un doyen du lieu, un patient qui a traversé le siècle. Une construction architectonique et un film interrogent cette histoire où s’entremêlent une idée de la folie, une pratique de la domination et une théorie raciale.

https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f&param.idSource=FR_E-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f

C’est du 10 oct. 2018 au 31 déc. 2018 de 11h à 21h à la Galerie 4 du Centre Pompidou, Paris

Colloque « Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles », Grenoble, 27 et 28 septembre 2018

COLLOQUE : « POUR UNE HISTOIRE DES PUNI.ES DANS LES INSTITUTIONS DISCIPLINAIRES EN EUROPE (XIXE-XXE SIECLES) »

Date : 27 et 28 septembre 2018

Lieu : salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères

Programme : https://bit.ly/2NUTWqr

Présentation : Cette troisième rencontre s’inscrit dans un projet de recherche collectif intitulé « La micropénalité en institutions en Europe (XIXe – XXe siècles) : pour une histoire sociale comparée des institutions à l’époque contemporaine ». L’enjeu de ce projet est double. L’objet qui rassemble ces chercheurs est, à un premier niveau, l’étude des punitions ordinaires, soit l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles, réglementées ou non, produites dans le cadre d’une institution pour sanctionner les comportements estimés non conformes. Mais il adopte aussi une perspective comparatiste centrale pour interroger les continuités et les permanences qui traversent l’ensemble des institutions disciplinaires contemporaines en Europe (asile psychiatrique, caserne, couvent, école, hôpital, maisons de redressement, maison de retraite, prison, usine). Ainsi, en pensant ensemble des institutions étudiées jusque-là indépendamment les unes des autres, l’étude du phénomène micropunitif a pour ambition de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, à mettre en résonnance des régimes politiques aux idéologies divergentes, à penser le temps long de l’histoire des populations prises en charge temporairement ou à titre définitif par une institution.

Le colloque organisé à Grenoble en septembre 2018 sera donc consacré aux femmes et aux hommes puni.es. Il prolonge la réflexion collective autour des interactions punitives entamée en décembre dernier à partir de l’étude du pouvoir des administrations. Des logiques institutionnelles qui justifient, formulent, discutent, établissent les assises théoriques et les formes pratiques qu’empruntent les punitions du quotidien, nous passerons à l’étude de ceux qui les éprouvent. Il s’agira donc cette fois-ci de s’interroger sur les effets biographiques, économiques, physiques, relationnels et émotionnels du pouvoir punitif. Malgré l’apparente binarité entre des administrations qui punissent et des populations instituées qui sont punies, c’est toute la complexité de l’expérience punitive qui sera ici interrogée. La question posée peut néanmoins se résumer simplement : qui est puni.e dans les murs des institutions disciplinaires et que fait l’exercice de la discipline quotidiennement administrée à des soldats, des élèves, des malades, des délinquants, des criminels ? La visibilité très variable selon les institutions de la question punitive, son caractère assumé ou caché, le caractère extrêmement disparate des sources sur les populations en institution sont une chance pour cette rencontre qui entend mieux comprendre la fabrique quotidienne des puni.es de l’école à l’hospice. Ainsi nous invitons les participants à multiplier les angles de vue pour saisir les puni.es. En questionnant l’articulation entre le collectif et l’individuel et en faisant varier les échelles d’analyse, de l’étude des populations punies à celle des biographies personnelles, nous espérons donner à la comparaison des institutions disciplinaires de nouveaux objets.

Colloque organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles)

 

 

 

Appel à communications « Une nouvelle histoire de la prison et de l’enfermement ? », 8-9 novembre 2018

« Une nouvelle histoire de la prison et de l’enfermement ? » 

Journées d’études internationales organisées par Vincent Milliot (Paris 8), Philippe Minard (Paris 8-EHESS), Falk Bretschneider (EHESS) et Natalia Muchnik (EHESS) 

8 et 9 novembre 2018, Paris 

Situé au carrefour de plusieurs historiographies – histoire de la justice et de la criminalité, histoire des polices, histoire de l’administration et de l’Etat, histoire de l’Eglise, histoire du travail et de la marginalité/pauvreté – le chantier de l’histoire de la prison et de l’enfermement connaît depuis quelques années un renouveau certain. Le programme de recherche récent « Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux », mais aussi plusieurs soutenances de thèse et travaux de recherche au cours de ces dernières années l’attestent. 

Longtemps adossée à un ensemble de travaux et de controverses illustrés par les ouvrages de Michel Foucault, Yves et Nicole Castan, Jacques-Guy Petit et Michelle Perrot notamment, l’historiographie francophone est aujourd’hui confrontée aux apports nombreux des historiographies anglaise et nord-américaine, hispanique, italienne et germanophone. Cette ouverture internationale s’accompagne du refus de considérer la prison sous l’angle exclusif d’un droit de punir reformulé par les réformateurs des Lumières et les juristes de la Révolution française. Toute approche téléologique, en termes de modernisation nécessaire ou de genèse de la prison est désormais récusée, au profit d’une interrogation plus complexe, fondée sur l’étude comparatiste dans le temps long des singularités « carcérales », mais aussi sur la diffusion, la circulation et la réinterprétation des expériences de l’enfermement. 

Avant même « l’invention de la prison pénale » à la fin du 18e siècle et au 19e siècle, existent des lieux d’enfermements et des archipels carcéraux servant à retrancher du corps social un certain nombre « d’indésirables », que ce soit pour des raisons punitives, disciplinaires ou même charitables (hôpitaux, maisons de pauvres). Leur matérialité est incontestable, qui soulève des problèmes d’aménagement et de financement, détermine des circuits d’approvisionnement, nourrit les réflexions des administrateurs, des magistrats, des moralistes, des réformateurs et des économistes. Face à la population des enfermé(e)s se dessine le groupe de ceux qui gèrent au quotidien les lieux d’enfermement, qui encadrent les internés et dont on se préoccupe aujourd’hui de faire l’histoire sociale. La relecture de ce face-à-face conduit à interroger à nouveaux frais les modes de régulation internes aux lieux d’enfermement, mais aussi au-delà, à se pencher sur la diversité des fonctions assignées à ces lieux, sur les attentes et les représentations sociales qui s’y rattachent. 

Ces premières journées, sous forme d’atelier, seront consacrées à un état de la recherche ; elles entendent constituer un jalon dans la formation projetée d’un réseau international centré sur l’étude des enfermements, plus particulièrement à l’époque moderne. D’autres journées thématiques, notamment à Montréal et à Moscou, sont en projet dans les deux années à venir. À terme, l’organisation d’un colloque international est un point d’aboutissement possible pour ce travail collectif. Les contributions pourront traiter de l’histoire d’un type spécifique d’enfermements à l’époque moderne (prison urbaine, hôpitaux généraux ou institutions équivalentes dans d’autres pays que la France, institutions hospitalières, établissements ecclésiastiques…), des apports de recherches actuelles sur une aire culturelle particulière (des propositions concernant des régions non-européennes ou situées aux marges de l’Europe seront particulièrement bienvenues) ou bien d’approches de portée plus générale, théoriques ou méthodologiques, en relation avec le sujet. 

Pour privilégier la discussion et la réflexion commune, les journées seront organisées sur la base de papiers préparés à l’avance et distribués à l’ensemble des participants. Un bref rappel des résultats principaux (10 à 15 minutes) sera prévu pour chaque papier au moment de sa présentation. Les langues de travail seront le français et l’anglais. Merci de nous soumettre votre proposition sous forme d’un argumentaire (500 mots maximum) et accompagnée d’un CV succinct d’ici le 30 juin 2018 à l’adresse enfermement2018@gmail.com .

AAC- Tracés- Numéro sur les « irrécupérables »

Un appel à contributions sur la production des irrécupérables qui intéressera les historien-nes des institutions disciplinaires!

« Irrécupérable » est un terme qui qualifie ce qui ne peut pas être récupéré et qui donne donc lieu à un processus de disqualification, de relégation ou d’élimination. Le rebut ou l’irrécupérable est alors ce qui résiste à la fois à l’intégration et à l’élimination. Dans la langue française, ces deux termes s’appliquent aussi bien aux choses qu’aux personnes. Ce numéro (en préparation) de la revue Tracés invite à  s’interroger sur les différentes formes qu’empruntent les processus d’impossible réintégration. Il propose de questionner la mise en échec de toute dialectique de réhabilitation, de récupération ou de recyclage.

Pour retrouver l’intrégalité de l’AAC:

https://traces.hypotheses.org/2125

 

14 février: prochaine séance du séminaire du GRID sur les transferts inter-institutionnels.

Mercredi 14 février, de 17h à 20h, l’équipe du GRID réfléchira à la question des continuités, institutionnelles et biographiques, entre les institutions disciplinaires.

Deux communications permettront de creuser cette nouvelle question:

  • celle de Clément Collard (Centre d’Histoire de Sciences Po) consacrée aux écoles de rééducation professionnelle pour mutilés de guerre
  • celle d’Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1 Panthéon Sorbonne) sur rôle de carrefour institutionnel que joue la prison.(fin XIXe siècle – années 1930, France) »

Le séminaire se déroulera au 17 rue de la Sorbonne, escalier C 3e étage, salle Fossier.

Pour retrouver l’intégralité de l’argumentaire et du programme 2017-2018 du séminaire « entre les murs, hors les murs »: https://grid.hypotheses.org/programme-2017-2018

Colloque Justice des enfants du 9 et 10 février 2018 à la bourse du travail de Paris

Quartiers mineur.e.s, établissements pénitentiaires pour mineur.e.s, centres éducatifs fermés…
Les lieux d’enfermement en question
9 et 10 février 2018
Bourse du Travail salle Hénaff, Paris

Plusieurs questions qui intéressent le GRID seront posées pendant ces deux journées de colloque (Organisé par le SNPES-PJJ/FSU – le Syndicat de la Magistrature – l’Observatoire International des Prisons – le Syndicat des Avocats de France – Soutenu par la Ligue des Droits de l’Homme – la Fédération syndicale unitaire et Défense Enfants International-France). Des historiens (M Gardet et V Blanchard) s’interrogeront sur la question de l’enfermement des mineurs comme passion contemporaine. Puis d’autres sessions porteront sur les limites et la finalité de l’enfermement des mineurs (Peut-on éduquer dans les lieux d’enfermement ? Pourquoi enferme-t-on plus ?) ou encore sur les tentatives d’ouverture (une session « hors les murs »!) dans l’administration des peines aux mineurs.

Pour retrouver le programme: https://oip.org/wp-content/uploads/2017/12/programme-colloque-justice-des-enfants-2018.pdf

 

Colloque – Recherches sur le vieillissement en France, 4 et 5 décembre 2017

Deux jours de colloque sur les nouvelles Recherches sur le vieillissement en France. Parmi les interventions, une matinée est consacrée aux mobilités liées au vieillissement (familiales, résidentielles et institutionnelles).

Informations pratiques: Lundi 4 et mardi 5 décembre 2017/ Amphithéâtre Henri Poincaré/Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation/1 rue Descartes, 75005 Paris)

Programme:https://revif2017.sciencesconf.org/

Première séance du séminaire « Entre les murs, hors les murs »! Au programme, la question des placements et des arbitrages.

Venez nombreux mercredi prochain pour la première séance du séminaire du GRID qui se déroulera à Paris 1 au 17 rue de la Sorbonne (escalier C, 3e étage, salle Fossier) de 17h à 20h.

Nous vous présenterons le projet du groupe et du séminaire de cette année. Mais surtout nous y écouterons:

Anatole Le Bras (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « L’antichambre de l’asile : procédures d’identification et de tri des malades mentaux à l’hôpital, l’hospice, la prison et au Dépôt de la Préfecture de police (seconde moitié du XIXe siècle) »

Julien Bourdais (CMH, ENS-EHESS) : « De la médecine à plusieurs vitesses aux filières de soin. Comment saisir la hiérarchie des mobilités institutionnelles en psychiatrie hospitalière ? »

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter: https://grid.hypotheses.org/equipe-du-grid

Parution- « Expériences juvéniles de la pénalité » dans la revue Agora Débats/jeunesse n°77

Plusieurs articles de ce numéro s’attachent à des questions qui intéressent particulièrement notre séminaire « dans les murs, hors les murs ».

Le premier examine toutes les circulations qui se font autour de la cellule dans un centre pénitentiaire pour mineurs du Tarn (Solini Laurent, Basson Jean-Charles, « Sortir de cellule/demeurer en cellule. Une sociologie des expériences paradoxales de la détention en établissement pénitentiaire pour mineurs »: https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-3-page-67.htm).

Un deuxième travaille sur les formes de contrôle en milieu ouvert (Bugnon Géraldine, « Un contrôle pénal négociable. Conformité, résistance et négociation dans les mesures en milieu ouvert pour mineurs délinquants au Brésil »: https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-3-page-80.htm).

Enfin trois autres articles se consacrent, à différentes échelles, à l’étude des trajectoires institutionnelles des mineur-es et à leurs stratégies (Teillet Guillaume, « Chronique d’un défèrement. Saisir des logiques pénales condensées à l’échelle individuelle »:https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-3-page-108.htm; Gaïa Alice, « Expérienc es sociojudiciaires et sorties de délinquance. Trajectoires de mineur·e·s pris·e·s en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse »: https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-3-page-121.htmLemercier Élise, « L’« art » de la fugue. Expériences des filles prises en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse » : https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-3-page-93.htm).

Parution – Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants

« Renoncer à raconter une histoire linéaire, évolutive et progressiste » pour décrire les hésitations « entre coercition et protection, prévention, répression et éducation »: tel est l’ambition de ce livre qui revient sur l’histoire politique de la justice des mineurs mise en place en France depuis deux siècle. Ce livre examine les lieux d’enfermement conçus pour cette population (la prison de la Petite Roquette, la colonie pénitentiaire agricole de Mettray, l’« école de préservation » pour filles à Doullens, les établissement du Bon Pasteur) et insiste sur les critiques qu’ils ont suscitées. Le livre s’achève sur « l’âge d’or anti disciplinaire » des années 1970

Véronique Blanchard, Mathias Gardet, Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants, Paris, Textuel, coll. « Histoire Beaux Livres », 2017, 174 p., préf. Madeleine Mathieu, postf. Jean-Jacques Yvorel (http://www.editionstextuel.com/index.php?cat=020371&id=695)

9 novembre. Soutenance d’HDR d’Aurélien Lignereux- L’empire de l’administration

L’empire de l’administration.Histoire sociale des gendarmes et des fonctionnaires expatriés en contexte impérial (XIXe siècle)

Avec un mémoire inédit intitulé :Les Impériaux, de l’Europe napoléonienne à la France post-impériale (1ère moitié du XIXe siècle)

9 novembre 2017, 14 h 30, Salle des thèses (bâtiment P : Présidence – 7e étage) – Université Rennes 2 Campus Villejean

Numéro spécial sur les circulations des discours institutionnels-Le psychiatre, l’enfant et l’État

Numéro de la Revue de l’histoire de l’enfance irrégulière , la rhei (https://rhei.revues.org/) consacré au Congrès international de psychiatrie infantile qui s’est tenu à Paris en 1937 au cours de l’exposition internationale. Premier du genre, il est organisé notamment par Georges Heuyer dont l’importance dans le domaine de l’enfance pendant l’entre deux guerres est désormais un fait admis. Ce numéro est consacré aux circulations, échanges entre les participants, enjeux de connaissance et rapports de pouvoir au sein de la communauté psychiatrique européenne.

Pour voir l’ensemble de la table des matières: https://rhei.revues.org/3864