Séance 3 – Report

Compte tenu des mesures destinées à freiner la propagation du Covid-19, la séance n° 3 qui devait se tenir le jeudi 26 mars est bien évidemment annulée. Nous reprogrammerons cette séance avec Anne Jusseaume et Irène Gimenez dès que les circonstances le permettront. D’ici là, nous vous souhaitons à toutes et tous bon courage et bonne santé !

Le GRID

AAC – L’enfant et l’asile (XIXe-XXe siècles)

La Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière” lance un appel à articles pour son numéro 23 (2021) sur le thème “L’enfant et l’asile (XIXe-XXe siècles)”, numéro coordonné par Jean-Christophe Coffin et Anatole Le Bras. L’argumentaire et les détails pratiques sont dans le fichier joint :

Podcast Séance 2 – Année 3

Le 30 janvier dernier avait lieu la deuxième séance de la troisième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs” du GRID. Cette session s’intitulait “Modèles familiaux et familles alternatives”.

Elle nous a permis d’entendre la communication d’Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT), intitulée “Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940)”. Puis nous avons entendu celle d’Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), qui portait sur le thème suivant: “Les crèches sauvages et parallèles dans les “années 1968): l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde”.

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter ces deux présentations par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

https://archive.org/details/communicationantoineriviere

https://archive.org/details/communicationelsaneuville

Séance 3

La 3e séance du séminaire du GRID aura lieu ce jeudi 27 février. Nous écouterons l’intervention de Josselin Tricou sur le thème suivant : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité ».

Attention, il y a un changement d’adresse et d’horaire par rapport à nos habitudes : la séance se tiendra de 17h30 à 19h30 à la bibliothèque du Centre d’histoire du XIXe siècle, escalier C, 3e étage à gauche, accès par le 17 rue de la Sorbonne.

A jeudi !

Séance 2

Nous vous rappelons que la séance consacrée aux liens familiaux dans les familles alternatives aura lieu jeudi 30 janvier, comme prévu, à la Maison de la recherche, rue Serpente, en salle D 513 (dernier étage). Nous avons pris le parti de maintenir cette séance, avec l’idée de conserver un espace pour discuter entre nous tous et toutes de la suite à donner à notre mobilisation.

Nous aurons la joie d’accueillir :

– Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »
– Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

A demain !

Communiqué du GRID du 27 janvier 2020

Depuis 2017, nous formons un groupe de recherche d’historiens et d’historiennes spécialistes d’histoire sociale contemporaine. Comme l’ont exprimé d’autres jeunes groupes de recherche (Traitement & Contraintes), face à la future Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR), nous oscillons entre inquiétude pour notre avenir et révolte contre un système qui va renforcer la précarité du monde de la recherche et ses hiérarchies. Nos statuts diffèrent, mais nos inquiétudes et nos colères sont communes. Des postes toujours moins nombreux, une concurrence accrue entre chercheur.es, des rapports de pouvoir exacerbés par la concentration des moyens sur quelques personnes, un horizon bouché, des retraites dévaluées dans l’enseignement supérieur comme dans le secondaire, l’obligation de penser par projet, la menace qui pèse sur notre liberté scientifique pour définir et construire nos objets d’étude, la perspective d’avoir toujours moins de temps de recherche et d’être soumis à toujours plus d’évaluations, et fondamentalement la crainte de ne pas pouvoir faire le métier que nous avons choisi et que nous aimons.

De notre expérience de collectif, nous avons tiré la profonde conviction que faire de la recherche suppose d’avoir une sécurité financière, du temps et des institutions qui nous soutiennent. La future LPPR entend faire émerger l’excellence d’une mise en concurrence généralisée et d’une logique de concentration des ressources. Or ce dont nous avons besoin pour produire une recherche de qualité et libre, c’est d’abord d’avoir un emploi stable et pérenne et d’avoir du temps. Du temps pour aller aux archives, du temps pour y passer toujours plus de temps que prévu, du temps pour lire et écrire, du temps pour partager nos réflexions, et du temps pour les transmettre. Et pas de ce temps perdu à rédiger des projets de recherche qui repousse éternellement le moment de chercher, à candidater à des postes faiblement rémunérés, de courte durée, dans un contexte de pénurie.

Par ce texte, nous cherchons à exprimer une profonde colère et une vive inquiétude face à l’avenir que ce gouvernement nous prépare, et nous nous joignons à la mobilisation en cours contre l’ensemble des lois qui fragilisent nos conditions de travail et nos existences.

Le comité du Groupe de recherche sur les institutions disciplinaires

Annulation et report

En raison de la mobilisation du 9 janvier, nous avons décidé de reporter la séance prévue ce jour-là. Notez d’ores et déjà que cette séance, qui accueillera Josselin Tricou, est reprogrammée le 27 février 2020.

Avec toutes nos excuses et nos meilleurs voeux pour la nouvelle année !

Séance 2 – Annulation et report

En raison des problèmes de transport, nous sommes contraints d’annuler la séance du séminaire prévue demain (jeudi 12 décembre) avec Elsa Neuville et Antoine Rivière sur le thème des “familles alternatives”.

La séance est reportée au jeudi 30 janvier 2020. Nous vous tiendrons informés du lieu où se déroulera cette nouvelle séance dès que notre réservation de salle sera confirmée !

Podcast Séance 1 – Année 3

Le 14 novembre dernier avait lieu la première séance de la troisième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs” du GRID. Cette session s’intitulait “Les liens familiaux du personnel surveillant”.

Elle nous a permis d’entendre la présentation de Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle), sur le thème suivant: “Les relations intimes entre femmes et filles de personnel et la population pénale dans les bagnes de Guyane”.

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter cette communication par l’intermédiaire du podcast ci-dessous:
https://archive.org/details/interventiontracol

AAC – Histoire contemporaine des pratiques psychiatriques en Europe

Birte Förster et Henriette Voelker, rattachées à l’Institut d’Histoire de la Médecine de l’Université de la Charité, à Berlin, font paraître un appel à communications qui pourrait intéresser certains lecteurs du site du GRID. L’appel invite à se concentrer sur la diversité des approches et des régimes thérapeutiques psychiatriques en Europe entre les années 1950 et les années 1980. Il se place dans la perspective de la rédaction d’un ouvrage sur le sujet, après la tenue de trois workshops successifs entre l’été 2020 et l’automne 2021.

Plus d’informations via le lien suivant: https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41690?title=the-contemporary-history-of-psychiatric-practices-in-europe-1945-1990-book-workshop&recno=17&q=&sort=&fq=&total=848

Journée d’étude – Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions

Le programme définitif de notre journée d’étude intitulée “Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions”, qui se tiendra le jeudi 15 novembre au Centre d’histoire de Sciences Po, est désormais en ligne! Il est consultable à l’adresse suivante:

http://chsp.sciences-po.fr/evenement/penser-depenser-et-dispenser-largent-en-institutions-xviiie-xxe-siecles

Nous espérons vous y voir nombreux!

Séminaire du GRID 2019-2020

Le Grid est ravi d’annoncer le programme de son séminaire pour l’année 2019-2020!

2019-2020 : Liens familiaux et institutions disciplinaires

Un jeudi par mois de 17h à 20h

Salle S002, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Prison de Lyon. Femme venant rendre visite à son mari détenu, 1983 © Manuel Vimenet

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien de la faculté des Lettres de Sorbonne Université et du Centre d’histoire de Sciences Po

Coordination : Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle – elsa.genard@gmail.com ), Anatole Le Bras (Centre d’histoire de Sciences Po – anatole.lebras@sciencespo.fr ), Mathieu Marly (IRHIS – mathieumarly@orange.fr ), Mathilde Rossigneux-Méheust (LARHRA– mathildemeheust@yahoo.fr), Lola Zappi (Centre d’histoire de Sciences Po – lola.zappi@gmail.com).

Séance 1. Les liens familiaux du personnel surveillant (14 novembre 2019, salle S002)

Amandine Thiry (Université catholique de Louvain / Universiteit Gent) : « Concilier ordre carcéral et ordre familial. Les familles du personnel et l’organisation des prisons belges au XIXe siècle »

Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Vivre avec les forçats : être femme et fille de fonctionnaire de l’Administration Pénitentiaire dans les bagnes de Guyane »

Séance 2. Modèles familiaux et familles alternatives (12 décembre 2019, salle S002)

Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »

Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

Séance 3. L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial / Camps, familles et masculinités (9 janvier 2020, salle S002)

Neil Davie (Lyon 2, LARHRA), « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) » 

Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS) : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité »

Séance 4. La continuité de la vie de famille (26 mars 2020, salle S002)

Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »

Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS) : « Entrer en religion, rester en famille : liens de parenté et vie familiale de part et d’autre du couvent, France, XIXe-premier XXe siècle » 

Séance 5. Être « sans famille » (23 avril 2020, salle S002)

Julien Hillion (Université d’Angers, TEMOS): « Seul parmi les “nuisibles”. Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) »

Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével »

Séance 6. Le devoir de « faire famille » : l’encadrement des liens familiaux dans et hors les murs (14 mai 2020, salle S002)

Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: “Race”, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 »

Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias) : « Jusqu’où peut aller le paternalisme ? Surveillance et encadrement des familles dans les Houillères nationalisées françaises »

Parution – Distinguer et soumettre

Mathieu Marly, membre du GRID, vient de faire paraître Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), ouvrage issu de sa thèse de doctorat.

“Cette enquête, appuyée sur une base de données de plus de 3 000 militaires, révèle la transformation de l’armée française sous l’effet de la méritocratie scolaire et de la distance sociale croissante entre les officiers et la troupe avant 1914. Au fil des pages, la figure du citoyen-soldat disparaît pour laisser place aux expériences multiples et parfois contradictoires de soldats portés à l’obéissance par le jeu subtil de la distinction sociale et des mécanismes complexes de la soumission disciplinaire”.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4877

Parution – Roman graphique: Le syndrome de l’imposteur

Une fois n’est pas coutume, c’est un roman graphique que le GRID invite à découvrir! Il y a quelques mois, la dessinatrice Claire Le Men faisait paraître Le Syndrome de l’imposteur. Inspiré de sa propre expérience en tant qu’interne dans une unité pour malades difficiles (UMD), ce récit initiatique s’arrête sur les conditions de la psychiatrie sous contrainte et de la formation des médecins qui en ont la charge.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Le_syndrome_de_l_imposteur-9782348043468.html