Podcast – Séance 2, Année 2

Hier avait lieu la deuxième séance de la deuxième année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était intitulée « Correspondre entre les murs ». A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’entendre Elsa Génard à propos des liens épistolaires et des liens familiaux en prison, ainsi que Paul Marquis sur les liens familiaux au prisme de la correspondance asilaire. 

La communication d’Elsa Génard est désormais (ré)écoutable via le podcast ci-dessous: 

_ Intervention Elsa Génard: 
« “Je t’écrirais plutôt trois fois qu’une si cela dépendait de moi”. Liens épistolaires et liens familiaux en prison (France, fin XIXe siècle-années 1930) »

https://ia801505.us.archive.org/18/items/CommunicationElsa.3gp/Communication%20Elsa.mp3

Parution – Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institutions au XIXe siècle

L’actualité éditoriale des membres du GRID est décidément chargée puisque après Anatole Le Bras, c’est Mathilde Rossigneux-Méheust qui fait paraître un ouvrage, issu de son travail de thèse et intitulé Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institutions au XIXe siècle

« Alors que persiste aujourd’hui encore l’image de « l’hospice mouroir », le développement d’établissements pour la vieillesse au XIXe siècle témoigne au contraire d’une préoccupation nouvelle dans la société française : comment prendre soin des vieux ?

A Paris, en amont des grandes lois républicaines du XXe siècle, un vaste dispositif d’assistance se met en place pour nourrir et loger à vie des milliers de vieux indigents. Pour les classes populaires, vivre et mourir en institution devient une expérience ordinaire de la fin de vie. L’analyse de la vie privée des hospices et des maisons de retraite révèle la place ambiguë que la France post-révolutionnaire réserve à ses aînés, entre rejet et bienveillance, protection et surveillance ».

Plus d’information à l’adresse suivante: http://www.champ-vallon.com/mathilde-rossigneux-meheust-vies-dhospice/

Podcast – Séance 1, Année 2

Il y a un mois se tenait la première séance de la deuxième édition du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette première session a permis d’introduire le thème général de l’année, puis de revenir sur la question des « liens familiaux prescrits par les institutions ». A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’entendre Anatole Le Bras à propos des relations conjugales des internés dans les asiles au XIXe siècle, ainsi que Pierre Porcher, sur la question des relations entre le personnel des lycées et les familles des élèves sous la Troisième République. 

L’introduction générale de la thématique annuelle du séminaire ainsi que la communication d’Anatole Le Bras sont désormais (ré)écoutables via les podcasts ci-dessous: 

_ Introduction générale

https://ia801505.us.archive.org/6/items/IntroductionGenerale/Introduction%20generale.mp3

_ Intervention d’Anatole Le Bras: « Imposer la bonne distance. Les relations conjugales des internés sous l’œil des médecins aliénistes au XIXe siècle »

https://ia601507.us.archive.org/2/items/CommunicationAnatole/Communication%20Anatole.mp3

Parution: Vulnérables. Les patients psychiatriques en Belgique (1914-1918)

L’ouvrage de Benoît Majerus et de Anne Roekens part de l’idée  que l’un des angles morts de ces années de guerre réside dans le sort des patients psychiatriques. Internés dans des grandes structures, tributaires des rations officielles, ceux-ci sont touchés par une surmortalité hors norme. L’ouvrage est consacré à l’analyse de ce processus de fragilisation, encore très peu étudié. Des chapitres thématiques alternent avec l’évocation d’une certaine Élise qui a vécu ces événements de l’intérieur.

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993100211100

Parution: « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) » de Nicolas Picard

S’appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives, l’ouvrage de Nicolas Picard (l’un des membres du projet « micropénalité ») présente l’histoire de l’application de la peine de mort par les cours d’assises en France métropolitaine. Partant des pulsions punitives présentes dans l’opinion publique, il montre comment les enquêtes judiciaires « construisent » des affaires où la peine de mort est encourue, et les tensions à l’œuvre dans les procès. La part de la peine de mort dans la répression criminelle, l’évolution du rythme des condamnations, les profils des condamnés à mort sont successivement examinés. Le processus gracieux, qui permet de sauver la tête d’une majorité de condamnés à mort, est étudié dans son fonctionnement et ses variations. La détention de ces condamnés particuliers soulève de nombreuses difficultés, entre souci d’humanité et impératif de sécurité. Le propos s’attache à retracer l’expérience de la préparation à la mort, avant d’aborder les différentes dimensions de l’exécution par guillotine. Une place est aussi accordée à la destinée des condamnés graciés et leur éventuelle réinsertion.

Nicolas Picard, « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) », Paris, Institut Universitaire Varenne, 2018

http://www.lextenso-editions.fr/ouvrages/document/233818197?simpleSearch=picard

Exposition, Mohamed Bourouissa: art et psychiatrie en Algérie au centre Pompidou

L’installation que l’artiste (qui est l’un des finalistes du prix Marcel Duchamp) a conçue pour cette exposition s’intéresse à un bâtiment historique, celui du premier hôpital psychiatrique construit en Algérie, à Blida  en 1937. Cet hôpital a été dans les années 1950 le lieu d’une rupture déterminante avec les méthodes discriminatoires et les thérapies de l’époque coloniale (Voir le travail de Paul Marquis). Le psychiatre et philosophe Frantz Fanon y a introduit de nouvelles méthodes de soin, fondées notamment sur le jardinage. Mohamed Bourouissa a pris pour guide un doyen du lieu, un patient qui a traversé le siècle. Une construction architectonique et un film interrogent cette histoire où s’entremêlent une idée de la folie, une pratique de la domination et une théorie raciale.

https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f&param.idSource=FR_E-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f

C’est du 10 oct. 2018 au 31 déc. 2018 de 11h à 21h à la Galerie 4 du Centre Pompidou, Paris

Prochaine séance – 19 décembre 2018

La prochaine séance du séminaire du GRID se tiendra mercredi 19 décembre, de 17h à 20h, à la Maison de la recherche (28, rue Serpente), salle D116.
Cette deuxième séance de l’année aura pour thème : Correspondre entre les murs

Nous écouterons les interventions suivantes : 

Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « “Je t’écrirais plutôt trois fois qu’une si cela dépendait de moi”. Liens épistolaires et liens familiaux en prison (France, fin XIXe siècle-années 1930) »

Paul Marquis (Centre d’histoire de Sciences Po) : « “Cet attachement me laisse croire que je suis par l’âme avec vous” : les liens familiaux au prisme de la  correspondance asilaire (Algérie, années 1930 – années 1960) »