Parution – Distinguer et soumettre

Mathieu Marly, membre du GRID, vient de faire paraître Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), ouvrage issu de sa thèse de doctorat.

« Cette enquête, appuyée sur une base de données de plus de 3 000 militaires, révèle la transformation de l’armée française sous l’effet de la méritocratie scolaire et de la distance sociale croissante entre les officiers et la troupe avant 1914. Au fil des pages, la figure du citoyen-soldat disparaît pour laisser place aux expériences multiples et parfois contradictoires de soldats portés à l’obéissance par le jeu subtil de la distinction sociale et des mécanismes complexes de la soumission disciplinaire ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4877

Podcast Séance 5 – Année 2

Mercredi 22 mai avait lieu la cinquième séance de la deuxième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs” du GRID. Cette session s’intitulait « Les institutions: des familles de substitution”. Elle nous a permis d’entendre les présentations de Mathieu Marly et de Marie Derrien et Mathilde Rossigneux-Méheust.

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter les deux communications par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

_ Mathieu Marly (LabEx EHNE) : « L’impossible famille militaire : le paternalisme et ses limites dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »

https://archive.org/details/CommunicationMathieuMarly

_ Marie Derrien (IRHiS, Lille 3) et Mathilde Rossigneux-Méheust (LARHRA, Lyon 2) : « Les nourriciers dans les colonies familiales : une nouvelle famille ? »

https://archive.org/details/CommunicationMarieDerrienMathildeRossigneuxMeheust

 

Parution – Vivre la réclusion

Les deux sociologues Christophe Dargère et Stéphane Héas ont dirigé un ouvrage collectif intitulé Vivre la réclusion. Expériences plurielles de l’enfermement, qui vient de paraître aux éditions de L’Harmattan. Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

« Cet ouvrage fournit un espace de parole aux personnes témoins directs ou ayant vécu en première personne une période d’enfermement pendant la guerre, au cours d’une peine de prison, d’une conscription, d’une hospitalisation, d’une situation de handicap. Il présente des expériences à partir de témoignages dans le cadre des camps de concentration, des camps de transit, des hôpitaux psychiatriques, des établissements pour personnes âgées, des écoles, des sectes. Le regard des sciences humaines et sociales est mobilisé pour mieux comprendre ces processus et ces personnes, leurs trajectoires, leurs réactions, leurs mobilisations. La réclusion, quelle que soit sa durée, induit des conséquences durables, mais les actions et réactions, les adaptations matérielles, symboliques, permettent de construire les modalités de dépassement de ces expériences parfois hautement traumatiques ».

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62171

 

Colloque « Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles », Grenoble, 27 et 28 septembre 2018

COLLOQUE : « POUR UNE HISTOIRE DES PUNI.ES DANS LES INSTITUTIONS DISCIPLINAIRES EN EUROPE (XIXE-XXE SIECLES) »

Date : 27 et 28 septembre 2018

Lieu : salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères

Programme : https://bit.ly/2NUTWqr

Présentation : Cette troisième rencontre s’inscrit dans un projet de recherche collectif intitulé « La micropénalité en institutions en Europe (XIXe – XXe siècles) : pour une histoire sociale comparée des institutions à l’époque contemporaine ». L’enjeu de ce projet est double. L’objet qui rassemble ces chercheurs est, à un premier niveau, l’étude des punitions ordinaires, soit l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles, réglementées ou non, produites dans le cadre d’une institution pour sanctionner les comportements estimés non conformes. Mais il adopte aussi une perspective comparatiste centrale pour interroger les continuités et les permanences qui traversent l’ensemble des institutions disciplinaires contemporaines en Europe (asile psychiatrique, caserne, couvent, école, hôpital, maisons de redressement, maison de retraite, prison, usine). Ainsi, en pensant ensemble des institutions étudiées jusque-là indépendamment les unes des autres, l’étude du phénomène micropunitif a pour ambition de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, à mettre en résonnance des régimes politiques aux idéologies divergentes, à penser le temps long de l’histoire des populations prises en charge temporairement ou à titre définitif par une institution.

Le colloque organisé à Grenoble en septembre 2018 sera donc consacré aux femmes et aux hommes puni.es. Il prolonge la réflexion collective autour des interactions punitives entamée en décembre dernier à partir de l’étude du pouvoir des administrations. Des logiques institutionnelles qui justifient, formulent, discutent, établissent les assises théoriques et les formes pratiques qu’empruntent les punitions du quotidien, nous passerons à l’étude de ceux qui les éprouvent. Il s’agira donc cette fois-ci de s’interroger sur les effets biographiques, économiques, physiques, relationnels et émotionnels du pouvoir punitif. Malgré l’apparente binarité entre des administrations qui punissent et des populations instituées qui sont punies, c’est toute la complexité de l’expérience punitive qui sera ici interrogée. La question posée peut néanmoins se résumer simplement : qui est puni.e dans les murs des institutions disciplinaires et que fait l’exercice de la discipline quotidiennement administrée à des soldats, des élèves, des malades, des délinquants, des criminels ? La visibilité très variable selon les institutions de la question punitive, son caractère assumé ou caché, le caractère extrêmement disparate des sources sur les populations en institution sont une chance pour cette rencontre qui entend mieux comprendre la fabrique quotidienne des puni.es de l’école à l’hospice. Ainsi nous invitons les participants à multiplier les angles de vue pour saisir les puni.es. En questionnant l’articulation entre le collectif et l’individuel et en faisant varier les échelles d’analyse, de l’étude des populations punies à celle des biographies personnelles, nous espérons donner à la comparaison des institutions disciplinaires de nouveaux objets.

Colloque organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles)

 

 

 

Prochaine séance – Mercredi 28 mars

A vos agendas ! La prochaine séance du séminaire aura lieu le mercredi 28 mars. Nous nous pencherons cette fois-ci sur la question des transferts intra-institutionnels en écoutant deux interventions :

  • Jérôme Krop (Laboratoire CREHS, université d’Artois) : « La mobilité des enseignants de la première génération des instituteurs et institutrices de la IIIe République dans la Seine : un reflet de la structuration du champ de l’enseignement primaire (1870-années 1920) »
  • Mathieu Marly (IHRIS, Lille III) et Lionel Kesztenbaum (INED) : « Les mobilités inter-armes dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale »

Comme les fois précédentes, le séminaire se déroulera au 17 rue de la Sorbonne, escalier C 3e étage, salle Fossier.

L’intégralité du programme est toujours disponible à l’adresse suivante : https://grid.hypotheses.org/programme-2017-2018