Podcast Séance 1 – Année 4

Le 24 septembre dernier avait lieu, via Zoom, la première séance de la quatrième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs”. Cette session s’intitulait “L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial”.

Elle nous a permis d’entendre les communications de Neil Davie (Lyon 2, LARHRA): « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) », puis celle d’Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: ‘Race’, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 ».

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter ces deux présentations par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

Intervention Neil Davie: https://archive.org/details/voice-00026-1

Intervention Albert Garcia:https://archive.org/details/voice-00026-2-1

Podcast Séance 3 – Année 3

L’équipe du GRID espère que tous les lecteurs du carnet se portent bien.

Le 27 février dernier avait lieu la troisième séance de la troisième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs”. Cette session s’intitulait “ L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial ”.

Elle nous a permis d’entendre la communication de Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS), intitulée « Re-genrer les familles et la société: des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité ».

En cette période particulière de confinement, vous pouvez désormais écouter ou réécouter cette présentation par l’intermédiaire du podcast ci-dessous:

https://archive.org/details/cjt_20200312

Parution – Dossier: L’inévitable prison

Le dernier numéro de L’Année du Maghreb contient un dossier qui pourrait intéresser les lecteurs du carnet de recherche du GRID. Dirigé par Marc André et Susan Slyomovics et constitué d’une grosse dizaine d’articles, ce dossier est consacré au système carcéral établi en Algérie pendant la période coloniale. Voici le résumé délivré sur le site de la revue:

« Avec une majorité d’édifices construits à l’époque coloniale et maintenus en usage après les indépendances, la prison est le panoptique par excellence dans lequel se réfléchissent deux siècles d’histoire du Maghreb. Plus précisément, l’Algérie, colonie de peuplement pendant 132 ans, constituée de trois départements français et marquée par deux longues guerres de conquête (1830-1871) et de décolonisation (1954-1962), offre un terrain d’analyse particulièrement fécond pour comprendre non seulement la similarité dans la différence du système carcéral édifié outre-mer, mais aussi les héritages de ce système après l’indépendance en Algérie comme en France. De fait, la prison fût un outil de domination coloniale, de répression politique et d’exploitation économique. Elle a détenu massivement les colonisés et les indésirables français (militaires ou opposants), femmes ou hommes, au sein d’un réseau carcéral complexe, car englobant de très nombreux sites répressifs transformés en prisons (camps, hôpitaux psychiatriques, casernes, etc.), et mondial, puisqu’incluant dans un même ensemble la colonie, sa métropole, et les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie. Elle a aussi été, bien sûr, un foyer de résistances largement réinvesti dans l’Algérie nouvelle.

À partir de sources très différentes (enquêtes orales, rapports d’expertises psychiatriques, ego-documents, archives administratives, policières et judiciaires, œuvres d’art, etc.), de regards croisés d’anthropologues et d’historiens, de quelques éléments de comparaison avec la Tunisie, ce dossier montre comment la prison fut omniprésente et à quel point elle hante encore les mémoires.

Inévitable, donc. »

Pour en savoir plus et consulter les articles du dossier:
https://journals.openedition.org/anneemaghreb/

Podcast Séance 6 – Année 2

Mercredi 19 juin avait lieu la sixième et dernière séance de la deuxième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs” du GRID. Cette session s’intitulait “Fonder une famille en institution”. Elle nous a permis d’entendre les présentations de Michel Lallement et de Camille Fauroux.

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter la communication de Michel Lallement par l’intermédiaire du podcast ci-dessous:

_ Michel Lallement (CNAM) : « Le Familistère de Guise : famille ou institution totale ? »
https://archive.org/details/communicationmichellallement

Parution – Vivre la réclusion

Les deux sociologues Christophe Dargère et Stéphane Héas ont dirigé un ouvrage collectif intitulé Vivre la réclusion. Expériences plurielles de l’enfermement, qui vient de paraître aux éditions de L’Harmattan. Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

« Cet ouvrage fournit un espace de parole aux personnes témoins directs ou ayant vécu en première personne une période d’enfermement pendant la guerre, au cours d’une peine de prison, d’une conscription, d’une hospitalisation, d’une situation de handicap. Il présente des expériences à partir de témoignages dans le cadre des camps de concentration, des camps de transit, des hôpitaux psychiatriques, des établissements pour personnes âgées, des écoles, des sectes. Le regard des sciences humaines et sociales est mobilisé pour mieux comprendre ces processus et ces personnes, leurs trajectoires, leurs réactions, leurs mobilisations. La réclusion, quelle que soit sa durée, induit des conséquences durables, mais les actions et réactions, les adaptations matérielles, symboliques, permettent de construire les modalités de dépassement de ces expériences parfois hautement traumatiques ».

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62171