Parution – Le bagne des fous

Véronique Fau-Vincenti, qui avait présenté une partie de ses recherches au cours de la dernière séance du séminaire de l’année dernière, vient de faire paraître un ouvrage intitulé Le bagne des fous, aux éditions La Manufacture de livres.

Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

Un « quartier de sûreté, réservé aux aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles », a ouvert au sein de l’asile de Villejuif le 3 mars 1910. Plus de 2 500 hommes y ont été internés entre 1910 et 1960.


Regroupés sous le qualificatif d’aliénés difficiles par commodité et par euphémisme, l’internement de ces hommes dénote de l’appréhension médico-judiciaire d’individus reconnus aliénés. D’aucuns de ses médecins-chefs qualifiaient la section de première réalisation en France d’une « idée grandiose », soit « l’alliance de la criminologie et de la médecine », révélant la porosité entre ces deux domaines. Délinquants multirécidivistes, criminels d’occasion, simulateurs de troubles mentaux, collaborateurs, fils de bonne famille dévoyés, mais encore désaffiliés au ban de la société se sont ainsi côtoyés dans cet espace à la fois établissement de défense sociale à la française, infirmerie pénitentiaire et survivance de l’Hôpital général.


L’histoire de la 3e section de l’asile de Villejuif, surnommée « le bagne des fous » dans la presse – puis baptisée section Henri-Colin en l’honneur de son concepteur – permet de dévoiler un pan méconnu de l’histoire de la prise en charge psychiatrique dans un espace où mandat sécuritaire et mission hospitalière ont rivalisé.

Parution: « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) » de Nicolas Picard

S’appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives, l’ouvrage de Nicolas Picard (l’un des membres du projet « micropénalité ») présente l’histoire de l’application de la peine de mort par les cours d’assises en France métropolitaine. Partant des pulsions punitives présentes dans l’opinion publique, il montre comment les enquêtes judiciaires « construisent » des affaires où la peine de mort est encourue, et les tensions à l’œuvre dans les procès. La part de la peine de mort dans la répression criminelle, l’évolution du rythme des condamnations, les profils des condamnés à mort sont successivement examinés. Le processus gracieux, qui permet de sauver la tête d’une majorité de condamnés à mort, est étudié dans son fonctionnement et ses variations. La détention de ces condamnés particuliers soulève de nombreuses difficultés, entre souci d’humanité et impératif de sécurité. Le propos s’attache à retracer l’expérience de la préparation à la mort, avant d’aborder les différentes dimensions de l’exécution par guillotine. Une place est aussi accordée à la destinée des condamnés graciés et leur éventuelle réinsertion.

Nicolas Picard, « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) », Paris, Institut Universitaire Varenne, 2018

http://www.lextenso-editions.fr/ouvrages/document/233818197?simpleSearch=picard

Podcast Séance 6

En juin dernier avait lieu la sixième et dernière séance de la première année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était consacrée aux populations mobiles. Elle nous avait permis d’entendre successivement les présentations de Paul Marquis, de Véronique Fau-Vincenti et de Marie Derrien et Mathilde Rossigneux-Méheust. 

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter les deux premières communications par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

_ Intervention de Paul Marquis: « Des détenus politiques à l’hôpital psychiatrique : parcours individuels et positionnements institutionnels pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) »

_ Intervention de Véronique Fau-Vincenti: « De Charybde en Scylla : itinéraires de patients médico-légaux ayant transité en service de sûreté psychiatrique (1910-1960) »

Parution – « La beauté et les humiliés »

Il y a quelques semaines, nous mentionnions la sortie en salles du film 12 jours. Dans son numéro de janvier, la revue Esprit a fait paraître un entretien avec Raymond Depardon et Claudine Nougaret sous le titre « La beauté et les humiliés ». Le réalisateur et la productrice du film y reviennent notamment sur leurs motivations et leur démarche, ainsi que sur les techniques et modalités de tournage, de montage et d’enregistrement du son. A lire sur le site de la revue: https://esprit.presse.fr/article/depardon-raymond-et-nougaret-claudine/la-beaute-et-les-humilies-39841?folder=3

Sortie en salles. 12 jours, de Raymond Depardon

Le nouveau documentaire de Raymond Depardon, qui sort en salles aujourd’hui, mercredi 29 novembre, renoue avec deux thèmes chers au réalisateur : la psychiatrie (San Clemente, Urgences) et la justice (10e chambre).

Les « douze jours » qui donnent son titre au documentaire représentent le délai au cours duquel, depuis la loi du 27 septembre 2013, les personnes faisant l’objet d’une procédure d’hospitalisation sous contrainte doivent être présentées à un juge des libertés. Celui-ci doit alors décider du maintien de la mesure ou de la remise en liberté. Le réalisateur a obtenu l’autorisation exceptionnelle de filmer ces audiences à l’hôpital du Vinatier (Lyon).

Dix patients se succèdent devant la caméra. Fidèle à sa manière habituelle de filmer, Raymond Depardon installe le spectateur au plus près du face-à-face entre le patient et le juge – face-à-face médiatisé par la présence d’un avocat aux côtés des patients. C’est aussi une rencontre entre deux institutions qui est filmée – l’hôpital et la justice –, qui se matérialise par ce dispositif singulier de la salle d’audience installée au cœur du Vinatier.

La parole des patients exprime leur souffrance, leur délire parfois, mais aussi leur aspiration à voir leur dignité de citoyen reconnue et défendue.

Séminaire – Espace(s) et justice pénale – Programme 2017/2018

Séminaire organisé par Falk Bretschneider (EHESS, Centre Georg-Simmel) et Xavier Rousseaux (Université catholique de Louvain/ FNRS)

Vendredi de 13 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), les 3 novembre, 1er décembre 2017, 2 février, 2 mars, 4 mai et 1er juin 2018. La séance du 3 novembre se déroulera en salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris

Le séminaire s’intéressera aux rapports complexes entre espaces et histoire de la justice pénale, en s’interrogeant sur la manière dont l’action judiciaire s’inscrit dans et se nourrit de la structuration spatiale du social. À partir d’exemples concrets – pour n’en citer que quelques-uns : la position géographique des gibets et fourches patibulaires et leur participation à la construction des espaces du pouvoir, les usages pénaux de la
mer (galères, transportation) ou la sédentarisation des bagnards, les pratiques pénales qui s’appuient sur l’espace comme ressource de leurs effets de dissuasion ou de réintégration comme le bannissement ou les pèlerinages pénitentiaires, mais aussi l’urbanisation carcérale – il s’agira de saisir la dynamique qui se déploie à
partir d’un vaste champ de productions, pratiques et appropriations spatiales par la justice.

Programme : https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2400/

 

Parution – Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants

« Renoncer à raconter une histoire linéaire, évolutive et progressiste » pour décrire les hésitations « entre coercition et protection, prévention, répression et éducation »: tel est l’ambition de ce livre qui revient sur l’histoire politique de la justice des mineurs mise en place en France depuis deux siècle. Ce livre examine les lieux d’enfermement conçus pour cette population (la prison de la Petite Roquette, la colonie pénitentiaire agricole de Mettray, l’« école de préservation » pour filles à Doullens, les établissement du Bon Pasteur) et insiste sur les critiques qu’ils ont suscitées. Le livre s’achève sur « l’âge d’or anti disciplinaire » des années 1970

Véronique Blanchard, Mathias Gardet, Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants, Paris, Textuel, coll. « Histoire Beaux Livres », 2017, 174 p., préf. Madeleine Mathieu, postf. Jean-Jacques Yvorel (http://www.editionstextuel.com/index.php?cat=020371&id=695)