Parution – Vivre la réclusion

Les deux sociologues Christophe Dargère et Stéphane Héas ont dirigé un ouvrage collectif intitulé Vivre la réclusion. Expériences plurielles de l’enfermement, qui vient de paraître aux éditions de L’Harmattan. Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

« Cet ouvrage fournit un espace de parole aux personnes témoins directs ou ayant vécu en première personne une période d’enfermement pendant la guerre, au cours d’une peine de prison, d’une conscription, d’une hospitalisation, d’une situation de handicap. Il présente des expériences à partir de témoignages dans le cadre des camps de concentration, des camps de transit, des hôpitaux psychiatriques, des établissements pour personnes âgées, des écoles, des sectes. Le regard des sciences humaines et sociales est mobilisé pour mieux comprendre ces processus et ces personnes, leurs trajectoires, leurs réactions, leurs mobilisations. La réclusion, quelle que soit sa durée, induit des conséquences durables, mais les actions et réactions, les adaptations matérielles, symboliques, permettent de construire les modalités de dépassement de ces expériences parfois hautement traumatiques ».

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62171

 

Parution – Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institutions au XIXe siècle

L’actualité éditoriale des membres du GRID est décidément chargée puisque après Anatole Le Bras, c’est Mathilde Rossigneux-Méheust qui fait paraître un ouvrage, issu de son travail de thèse et intitulé Vies d’hospice. Vieillir et mourir en institutions au XIXe siècle

« Alors que persiste aujourd’hui encore l’image de « l’hospice mouroir », le développement d’établissements pour la vieillesse au XIXe siècle témoigne au contraire d’une préoccupation nouvelle dans la société française : comment prendre soin des vieux ?

A Paris, en amont des grandes lois républicaines du XXe siècle, un vaste dispositif d’assistance se met en place pour nourrir et loger à vie des milliers de vieux indigents. Pour les classes populaires, vivre et mourir en institution devient une expérience ordinaire de la fin de vie. L’analyse de la vie privée des hospices et des maisons de retraite révèle la place ambiguë que la France post-révolutionnaire réserve à ses aînés, entre rejet et bienveillance, protection et surveillance ».

Plus d’information à l’adresse suivante: http://www.champ-vallon.com/mathilde-rossigneux-meheust-vies-dhospice/

Parution: Vulnérables. Les patients psychiatriques en Belgique (1914-1918)

L’ouvrage de Benoît Majerus et de Anne Roekens part de l’idée  que l’un des angles morts de ces années de guerre réside dans le sort des patients psychiatriques. Internés dans des grandes structures, tributaires des rations officielles, ceux-ci sont touchés par une surmortalité hors norme. L’ouvrage est consacré à l’analyse de ce processus de fragilisation, encore très peu étudié. Des chapitres thématiques alternent avec l’évocation d’une certaine Élise qui a vécu ces événements de l’intérieur.

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993100211100

Parution: « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) » de Nicolas Picard

S’appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives, l’ouvrage de Nicolas Picard (l’un des membres du projet « micropénalité ») présente l’histoire de l’application de la peine de mort par les cours d’assises en France métropolitaine. Partant des pulsions punitives présentes dans l’opinion publique, il montre comment les enquêtes judiciaires « construisent » des affaires où la peine de mort est encourue, et les tensions à l’œuvre dans les procès. La part de la peine de mort dans la répression criminelle, l’évolution du rythme des condamnations, les profils des condamnés à mort sont successivement examinés. Le processus gracieux, qui permet de sauver la tête d’une majorité de condamnés à mort, est étudié dans son fonctionnement et ses variations. La détention de ces condamnés particuliers soulève de nombreuses difficultés, entre souci d’humanité et impératif de sécurité. Le propos s’attache à retracer l’expérience de la préparation à la mort, avant d’aborder les différentes dimensions de l’exécution par guillotine. Une place est aussi accordée à la destinée des condamnés graciés et leur éventuelle réinsertion.

Nicolas Picard, « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) », Paris, Institut Universitaire Varenne, 2018

http://www.lextenso-editions.fr/ouvrages/document/233818197?simpleSearch=picard

Parution – Schizophrènes au XXe siècle

Le dernier livre d’Hervé Guillemain, intitulé Schizophrènes au XXe siècle. Des effets secondaires de l’histoire, paraît ce mois-ci.

Voici la description qui en est donnée sur le site de l’éditeur :

« Inventée vers 1900, la schizophrénie est devenue en cent ans la plus grande pourvoyeuse d’hospitalisations psychiatriques. Un objet récurrent d’intérêt médiatique également. L’appellation, stigmatisante, semble d’ailleurs amenée à disparaître des classifications mondiales.
L’historien Hervé Guillemain s’est plongé dans les dossiers de milliers de patients. Pour écrire non pas l’histoire de la schizophrénie mais bien celle des schizophrènes, ce nouveau sous-ensemble de population qui réunit, sous l’égide de la science et de la clinique, aussi bien des domestiques en difficulté que des migrants confrontés à la crise ou de jeunes adultes aspirant à l’émancipation.
Pourquoi et comment une maladie mentale naît-elle, évolue-t-elle et meurt-elle ? À ces questions, l’auteur répond en écoutant la voix de ceux qui furent les sujets et l’objet d’un épisode phénoménal du XXe siècle. »
http://www.alma-editeur.fr/schizophrene_au_xxe_siecle.html

Parution – « La beauté et les humiliés »

Il y a quelques semaines, nous mentionnions la sortie en salles du film 12 jours. Dans son numéro de janvier, la revue Esprit a fait paraître un entretien avec Raymond Depardon et Claudine Nougaret sous le titre « La beauté et les humiliés ». Le réalisateur et la productrice du film y reviennent notamment sur leurs motivations et leur démarche, ainsi que sur les techniques et modalités de tournage, de montage et d’enregistrement du son. A lire sur le site de la revue: https://esprit.presse.fr/article/depardon-raymond-et-nougaret-claudine/la-beaute-et-les-humilies-39841?folder=3

Parution – Démons & déments (L’Éveilleur, 2017)

Avis aux ami.es du GRID : Les éditions L’Éveilleur ont publié en février dernier la série de reportages de Louis Roubaud, parue initialement dans le magazine Détective : « Démons et déments ». Une plongée dans les asiles parisiens des années 1930, qui nous fait entendre les voix de malades mentaux, et qui constitue un très beau matériau d’histoire.

Démons & déments - Louis Roubaud

Présentation de l’ouvrage : https://leveilleurweb.wordpress.com/2017/01/13/demons-et-dements-de-louis-roubaud/

Parution – Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants

« Renoncer à raconter une histoire linéaire, évolutive et progressiste » pour décrire les hésitations « entre coercition et protection, prévention, répression et éducation »: tel est l’ambition de ce livre qui revient sur l’histoire politique de la justice des mineurs mise en place en France depuis deux siècle. Ce livre examine les lieux d’enfermement conçus pour cette population (la prison de la Petite Roquette, la colonie pénitentiaire agricole de Mettray, l’« école de préservation » pour filles à Doullens, les établissement du Bon Pasteur) et insiste sur les critiques qu’ils ont suscitées. Le livre s’achève sur « l’âge d’or anti disciplinaire » des années 1970

Véronique Blanchard, Mathias Gardet, Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants, Paris, Textuel, coll. « Histoire Beaux Livres », 2017, 174 p., préf. Madeleine Mathieu, postf. Jean-Jacques Yvorel (http://www.editionstextuel.com/index.php?cat=020371&id=695)

Numéro spécial sur les circulations des discours institutionnels-Le psychiatre, l’enfant et l’État

Numéro de la Revue de l’histoire de l’enfance irrégulière , la rhei (https://rhei.revues.org/) consacré au Congrès international de psychiatrie infantile qui s’est tenu à Paris en 1937 au cours de l’exposition internationale. Premier du genre, il est organisé notamment par Georges Heuyer dont l’importance dans le domaine de l’enfance pendant l’entre deux guerres est désormais un fait admis. Ce numéro est consacré aux circulations, échanges entre les participants, enjeux de connaissance et rapports de pouvoir au sein de la communauté psychiatrique européenne.

Pour voir l’ensemble de la table des matières: https://rhei.revues.org/3864