Podcast Séance 3 – Année 4

Le 13 novembre dernier avait lieu, via Zoom, la troisième séance de la quatrième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs”. Cette session s’intitulait “La continuité de la vie de famille ».

Elle nous a permis d’entendre la communication de Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter cette présentation par l’intermédiaire du podcast ci-dessous:

https://archive.org/details/communication-irene-gimenez

Séance 3 du 13 novembre via Zoom

L’équipe du GRID vous espère en bonne santé, ainsi que vos proches.

Nous vous signalons que la prochaine séance du séminaire se tiendra ce vendredi 13 novembre. Elle aura lieu à un horaire inhabituel, puisqu’elle se déroulera exceptionnellement de 18h à 20h. La séance se déroulera intégralement via Zoom. Si vous souhaitez assister à cette séance, vous pouvez nous le signaler en nous contactant par mail à l’adresse contact.grid.recherche@gmail.com. Un lien de connexion vous sera envoyé une heure avant le début de la séance.

La séance de vendredi aura pour thème La continuité de la vie de famille. Anne Jusseaume ne pouvant se joindre à nous, la séance sera organisée autour de la présentation d’Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA), intitulée: « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia ».

Nous espérons bien sûr vous y voir nombreuses et nombreux. 

Podcast Séance 1 – Année 4

Le 24 septembre dernier avait lieu, via Zoom, la première séance de la quatrième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs”. Cette session s’intitulait “L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial”.

Elle nous a permis d’entendre les communications de Neil Davie (Lyon 2, LARHRA): « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) », puis celle d’Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: ‘Race’, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 ».

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter ces deux présentations par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

Intervention Neil Davie: https://archive.org/details/voice-00026-1

Intervention Albert Garcia:https://archive.org/details/voice-00026-2-1

Parution – Dossier: L’inévitable prison

Le dernier numéro de L’Année du Maghreb contient un dossier qui pourrait intéresser les lecteurs du carnet de recherche du GRID. Dirigé par Marc André et Susan Slyomovics et constitué d’une grosse dizaine d’articles, ce dossier est consacré au système carcéral établi en Algérie pendant la période coloniale. Voici le résumé délivré sur le site de la revue:

« Avec une majorité d’édifices construits à l’époque coloniale et maintenus en usage après les indépendances, la prison est le panoptique par excellence dans lequel se réfléchissent deux siècles d’histoire du Maghreb. Plus précisément, l’Algérie, colonie de peuplement pendant 132 ans, constituée de trois départements français et marquée par deux longues guerres de conquête (1830-1871) et de décolonisation (1954-1962), offre un terrain d’analyse particulièrement fécond pour comprendre non seulement la similarité dans la différence du système carcéral édifié outre-mer, mais aussi les héritages de ce système après l’indépendance en Algérie comme en France. De fait, la prison fût un outil de domination coloniale, de répression politique et d’exploitation économique. Elle a détenu massivement les colonisés et les indésirables français (militaires ou opposants), femmes ou hommes, au sein d’un réseau carcéral complexe, car englobant de très nombreux sites répressifs transformés en prisons (camps, hôpitaux psychiatriques, casernes, etc.), et mondial, puisqu’incluant dans un même ensemble la colonie, sa métropole, et les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie. Elle a aussi été, bien sûr, un foyer de résistances largement réinvesti dans l’Algérie nouvelle.

À partir de sources très différentes (enquêtes orales, rapports d’expertises psychiatriques, ego-documents, archives administratives, policières et judiciaires, œuvres d’art, etc.), de regards croisés d’anthropologues et d’historiens, de quelques éléments de comparaison avec la Tunisie, ce dossier montre comment la prison fut omniprésente et à quel point elle hante encore les mémoires.

Inévitable, donc. »

Pour en savoir plus et consulter les articles du dossier:
https://journals.openedition.org/anneemaghreb/

Colloque – « Prison et santé mentale »

Le barreau de Paris organise un colloque sur le thème « Prison et santé mentale ». Celui-ci se tiendra le mercredi 26 juin 2019 à partir de 9h à l’auditorium de la Maison du Barreau.

Voici la description fournie sur le site de l’événement:  » La question de la santé mentale en prison soulève des enjeux éthiques et politiques majeurs. Ce colloque sera l’occasion d’évoquer avec des professionnels, l’ensemble des problématiques liées aux soins psychiatriques en milieu carcéral, aux conséquences psychologiques et physiques de l’incarcération et, enfin, aux politiques et moyens mis en place sur ces problématiques ».

Pour obtenir davantage d’informations sur le programme de l’événement et les modalités d’inscription, voir le lien suivant: http://www.avocatparis.org/ma-formation/agenda-des-evenements/prison-et-sante-mentale

Séminaire – Administrer la prison – 15 mars 2019

 
La prochaine séance du séminaire de recherches « Chantiers d’histoire administrative » sera consacrée au thème Administrer la prison avec Jean-Marie Delarue, ancien contrôleur général des lieux de privation de liberté
 
Cette rencontre se tiendra le 15 mars 2019 de 13h à 16h, dans la salle Lombard du 96 boulevard Raspail (Paris 6e), avec la participation d’une directrice ou d’un directeur d’établissement pénitentiaire (sous réserves).
 
Rencontre organisée par Marc Olivier Baruch (EHESS – CRH), Natacha Gally (Paris 2 – CERSA) et Émilien Ruiz (Sciences Po – CHSP) dans le cadre des Chantiers d’histoire administrative (programme complet pour 2019 : http://e-ruiz.com/seminaire-ehess-2019/)

Parution – Vivre la réclusion

Les deux sociologues Christophe Dargère et Stéphane Héas ont dirigé un ouvrage collectif intitulé Vivre la réclusion. Expériences plurielles de l’enfermement, qui vient de paraître aux éditions de L’Harmattan. Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

« Cet ouvrage fournit un espace de parole aux personnes témoins directs ou ayant vécu en première personne une période d’enfermement pendant la guerre, au cours d’une peine de prison, d’une conscription, d’une hospitalisation, d’une situation de handicap. Il présente des expériences à partir de témoignages dans le cadre des camps de concentration, des camps de transit, des hôpitaux psychiatriques, des établissements pour personnes âgées, des écoles, des sectes. Le regard des sciences humaines et sociales est mobilisé pour mieux comprendre ces processus et ces personnes, leurs trajectoires, leurs réactions, leurs mobilisations. La réclusion, quelle que soit sa durée, induit des conséquences durables, mais les actions et réactions, les adaptations matérielles, symboliques, permettent de construire les modalités de dépassement de ces expériences parfois hautement traumatiques ».

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62171

 

Podcast Séance 3 – Année 2

Mercredi dernier avait lieu la troisième séance de la deuxième année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session portait sur la thématique « Visiter, être visité » en institutions disciplinaires. Elle nous a permis d’entendre les présentations de Caroline Touraut et de Lola Zappi. 

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter les deux communications par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

_ Lola Zappi (Centre d’histoire de Sciences Po) : « Le rôle central des assistantes sociales dans le maintien des liens familiaux face aux cas d’enfants placés »

_ Caroline Touraut (DAP, ISP Cachan) : « Les parloirs, une rencontre tant attendue, aux enjeux pluriels » 

Podcast – Séance 2, Année 2

Hier avait lieu la deuxième séance de la deuxième année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était intitulée « Correspondre entre les murs ». A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’entendre Elsa Génard à propos des liens épistolaires et des liens familiaux en prison, ainsi que Paul Marquis sur les liens familiaux au prisme de la correspondance asilaire. 

La communication d’Elsa Génard est désormais (ré)écoutable via le podcast ci-dessous: 

_ Intervention Elsa Génard: 
« “Je t’écrirais plutôt trois fois qu’une si cela dépendait de moi”. Liens épistolaires et liens familiaux en prison (France, fin XIXe siècle-années 1930) »

https://ia801505.us.archive.org/18/items/CommunicationElsa.3gp/Communication%20Elsa.mp3

Parution: « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) » de Nicolas Picard

S’appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives, l’ouvrage de Nicolas Picard (l’un des membres du projet « micropénalité ») présente l’histoire de l’application de la peine de mort par les cours d’assises en France métropolitaine. Partant des pulsions punitives présentes dans l’opinion publique, il montre comment les enquêtes judiciaires « construisent » des affaires où la peine de mort est encourue, et les tensions à l’œuvre dans les procès. La part de la peine de mort dans la répression criminelle, l’évolution du rythme des condamnations, les profils des condamnés à mort sont successivement examinés. Le processus gracieux, qui permet de sauver la tête d’une majorité de condamnés à mort, est étudié dans son fonctionnement et ses variations. La détention de ces condamnés particuliers soulève de nombreuses difficultés, entre souci d’humanité et impératif de sécurité. Le propos s’attache à retracer l’expérience de la préparation à la mort, avant d’aborder les différentes dimensions de l’exécution par guillotine. Une place est aussi accordée à la destinée des condamnés graciés et leur éventuelle réinsertion.

Nicolas Picard, « Le châtiment suprême : L’application de la peine de mort en France (1906-1981) », Paris, Institut Universitaire Varenne, 2018

http://www.lextenso-editions.fr/ouvrages/document/233818197?simpleSearch=picard

Colloque « Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles », Grenoble, 27 et 28 septembre 2018

COLLOQUE : « POUR UNE HISTOIRE DES PUNI.ES DANS LES INSTITUTIONS DISCIPLINAIRES EN EUROPE (XIXE-XXE SIECLES) »

Date : 27 et 28 septembre 2018

Lieu : salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères

Programme : https://bit.ly/2NUTWqr

Présentation : Cette troisième rencontre s’inscrit dans un projet de recherche collectif intitulé « La micropénalité en institutions en Europe (XIXe – XXe siècles) : pour une histoire sociale comparée des institutions à l’époque contemporaine ». L’enjeu de ce projet est double. L’objet qui rassemble ces chercheurs est, à un premier niveau, l’étude des punitions ordinaires, soit l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles, réglementées ou non, produites dans le cadre d’une institution pour sanctionner les comportements estimés non conformes. Mais il adopte aussi une perspective comparatiste centrale pour interroger les continuités et les permanences qui traversent l’ensemble des institutions disciplinaires contemporaines en Europe (asile psychiatrique, caserne, couvent, école, hôpital, maisons de redressement, maison de retraite, prison, usine). Ainsi, en pensant ensemble des institutions étudiées jusque-là indépendamment les unes des autres, l’étude du phénomène micropunitif a pour ambition de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, à mettre en résonnance des régimes politiques aux idéologies divergentes, à penser le temps long de l’histoire des populations prises en charge temporairement ou à titre définitif par une institution.

Le colloque organisé à Grenoble en septembre 2018 sera donc consacré aux femmes et aux hommes puni.es. Il prolonge la réflexion collective autour des interactions punitives entamée en décembre dernier à partir de l’étude du pouvoir des administrations. Des logiques institutionnelles qui justifient, formulent, discutent, établissent les assises théoriques et les formes pratiques qu’empruntent les punitions du quotidien, nous passerons à l’étude de ceux qui les éprouvent. Il s’agira donc cette fois-ci de s’interroger sur les effets biographiques, économiques, physiques, relationnels et émotionnels du pouvoir punitif. Malgré l’apparente binarité entre des administrations qui punissent et des populations instituées qui sont punies, c’est toute la complexité de l’expérience punitive qui sera ici interrogée. La question posée peut néanmoins se résumer simplement : qui est puni.e dans les murs des institutions disciplinaires et que fait l’exercice de la discipline quotidiennement administrée à des soldats, des élèves, des malades, des délinquants, des criminels ? La visibilité très variable selon les institutions de la question punitive, son caractère assumé ou caché, le caractère extrêmement disparate des sources sur les populations en institution sont une chance pour cette rencontre qui entend mieux comprendre la fabrique quotidienne des puni.es de l’école à l’hospice. Ainsi nous invitons les participants à multiplier les angles de vue pour saisir les puni.es. En questionnant l’articulation entre le collectif et l’individuel et en faisant varier les échelles d’analyse, de l’étude des populations punies à celle des biographies personnelles, nous espérons donner à la comparaison des institutions disciplinaires de nouveaux objets.

Colloque organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles)

 

 

 

JE – « Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XXIe siècles, Amérique du Nord, Europe) »

Ce samedi 26 mai 2018 se tiendra à la Bibliothèque des littératures policières une journée d’études consacrée aux révoltes dans les prisons américaines et européennes, organisée par le laboratoire Pléiade-Université Paris 13/BILIPo

Présentation : « La double actualité éditoriale (Philippes Artières, dir., Attica, USA 1971, Paris, Le Point du Jour, 2017) et sociale (le mouvement de blocage des prisons initié à Vendin-le Vieil en janvier 2018) amène à rouvrir le dossier des figures de la révolte dans les prisons. Cas exceptionnel ou modèle exemplaire, la fameuse mutinerie de la prison d’Attica, dans l’Etat de New-York, en 1971, qui a dégénéré en massacre d’Etat, servira de point de départ à la réflexion. Elle sera mise en perspective par des éclairages sur les prisons nord-américaines et européennes, sur les révoltes qui les affectent et les politiques pénitentiaires qui s’y appliquent. En envisageant une pluralité d’acteurs, les détenus naturellement, mais aussi les surveillants, voire la société civile, on examinera les logiques plurielles de la contestation ainsi que les interprétations et réponses qui sont apportées. Quels effets des dispositifs spatiaux et architecturaux, des  redéfinitions du maintien de l’ordre et de la relation carcérale sur les possibilités et les modalités de la contestation ? Dans quelles configurations se logent les prises de parole et s’inscrivent les processus de négociation/répression ? Dans quelle mesure le politique constitue-t-il le registre d’expression et de réception des contestations ? A l’articulation des moments paroxystiques des mobilisations et de l’ordinaire des situations carcérales, c’est la question du lien entre la prison et le politique qui est posée. »

Programme : https://pleiade.univ-paris13.fr/events/attica-dynamiques-des-revoltes-dans-les-prisons/

Lieu : BILIPo, 48-50 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

Date : samedi 26 mai 2018, 14h-18h

AAC – La prison : expériences, imaginaires et créations (Université de Sfax)

Le Département de Français de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax organise du 25 au 27 octobre 2018 son Colloque International autour de la problématique « La Prison : expériences, imaginaires et créations ». Situé sous le signe de l’ouverture et du partage pludisciplinaires, cet événement scientifique voudrait approfondir l’étude du carcéral en se penchant, en particulier, sur ses expériences, ses imaginaires et ses créations.

L’appel à communication est disponible ici : https://calenda.org/437080

Lieu : Université de Sfax , Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax

Date : 25-26-27 octobre 2018

 

Parution – Bettina Rheims, Détenues (Gallimard)

En ce début d’année 2018, la photographe Bettina Rheims publie un ouvrage sobrement intitulé Détenues. 68 photos, 68 portraits de femmes détenues (et de quelques hommes) sur fond blanc. Tout ce qui rappelle l’espace de la prison semble comme effacé. Une belle réflexion contemporaine, tout en images et en subtilité, sur ce que la prison fait aux femmes.

Résultat de recherche d'images pour "gallimard détenues"

Les photographies sont accompagnées d’un avant-propos de Robert Badinter, d’un texte de Nadeije Laneyrie-Dagen et de « fragments » de la plume de la photographe.

Présentation de l’ouvrage sur le site de Gallimard : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Blanche/Detenues

Les photographies de Bettina Rheims sont également exposées au Château de Vincennes jusqu’au 30 avril, puis au château de Cadillac du 1er juin au 4 novembre 2018.

Plus d’informations : http://www.chateau-de-vincennes.fr/Actualites/Exposition-Detenues-de-Bettina-Rheims

Colloque – Le sens de la privation de liberté

Le 4e colloque Jeunes Chercheurs sur la privation de liberté aura pour thème cette année « le sens de la privation de liberté ». Le colloque brassera un grand nombre de thèmes qui intéressent le GRID : système carcéral et pratiques professionnelles en prison, rétention des étrangers, justice des mineurs…

Inscription obligatoire à : colloquejeuneschercheurs2018@gmail.com

Date : 15 et 16 mars 2018

Lieu : Amphithéâtre Turgot – Sorbonne. 47 Rue des Écoles 75005 Paris

Programme : http://www.gip-recherche-justice.fr/wp-content/uploads/2018/02/Programme-Colloque-Jeunes-Chercheurs-2018.pdf