Podcast séance 2 – Année 4

Le 8 octobre dernier avait lieu, via Zoom, la deuxième séance de la quatrième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs”. Cette session s’intitulait “Être ‘sans famille’”.

Elle nous a permis d’entendre les communications de Julien Hillion (Université de Bretagne Sud, TEMOS) : « Seul parmi les “nuisibles”. Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) », puis celle de Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével ».

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter ces deux présentations par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

https://archive.org/details/Communication.hillion

https://archive.org/details/Communication.Guillemot

AAC – Histoire contemporaine des pratiques psychiatriques en Europe

Birte Förster et Henriette Voelker, rattachées à l’Institut d’Histoire de la Médecine de l’Université de la Charité, à Berlin, font paraître un appel à communications qui pourrait intéresser certains lecteurs du site du GRID. L’appel invite à se concentrer sur la diversité des approches et des régimes thérapeutiques psychiatriques en Europe entre les années 1950 et les années 1980. Il se place dans la perspective de la rédaction d’un ouvrage sur le sujet, après la tenue de trois workshops successifs entre l’été 2020 et l’automne 2021.

Plus d’informations via le lien suivant: https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41690?title=the-contemporary-history-of-psychiatric-practices-in-europe-1945-1990-book-workshop&recno=17&q=&sort=&fq=&total=848

Parution – Roman graphique: Le syndrome de l’imposteur

Une fois n’est pas coutume, c’est un roman graphique que le GRID invite à découvrir! Il y a quelques mois, la dessinatrice Claire Le Men faisait paraître Le Syndrome de l’imposteur. Inspiré de sa propre expérience en tant qu’interne dans une unité pour malades difficiles (UMD), ce récit initiatique s’arrête sur les conditions de la psychiatrie sous contrainte et de la formation des médecins qui en ont la charge.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Le_syndrome_de_l_imposteur-9782348043468.html

Colloque – « Prison et santé mentale »

Le barreau de Paris organise un colloque sur le thème « Prison et santé mentale ». Celui-ci se tiendra le mercredi 26 juin 2019 à partir de 9h à l’auditorium de la Maison du Barreau.

Voici la description fournie sur le site de l’événement:  » La question de la santé mentale en prison soulève des enjeux éthiques et politiques majeurs. Ce colloque sera l’occasion d’évoquer avec des professionnels, l’ensemble des problématiques liées aux soins psychiatriques en milieu carcéral, aux conséquences psychologiques et physiques de l’incarcération et, enfin, aux politiques et moyens mis en place sur ces problématiques ».

Pour obtenir davantage d’informations sur le programme de l’événement et les modalités d’inscription, voir le lien suivant: http://www.avocatparis.org/ma-formation/agenda-des-evenements/prison-et-sante-mentale

Podcast Séance 5 – Année 2

Mercredi 22 mai avait lieu la cinquième séance de la deuxième année du séminaire “Entre les murs, hors les murs” du GRID. Cette session s’intitulait « Les institutions: des familles de substitution”. Elle nous a permis d’entendre les présentations de Mathieu Marly et de Marie Derrien et Mathilde Rossigneux-Méheust.

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter les deux communications par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

_ Mathieu Marly (LabEx EHNE) : « L’impossible famille militaire : le paternalisme et ses limites dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »

https://archive.org/details/CommunicationMathieuMarly

_ Marie Derrien (IRHiS, Lille 3) et Mathilde Rossigneux-Méheust (LARHRA, Lyon 2) : « Les nourriciers dans les colonies familiales : une nouvelle famille ? »

https://archive.org/details/CommunicationMarieDerrienMathildeRossigneuxMeheust

 

Parution – Vivre la réclusion

Les deux sociologues Christophe Dargère et Stéphane Héas ont dirigé un ouvrage collectif intitulé Vivre la réclusion. Expériences plurielles de l’enfermement, qui vient de paraître aux éditions de L’Harmattan. Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

« Cet ouvrage fournit un espace de parole aux personnes témoins directs ou ayant vécu en première personne une période d’enfermement pendant la guerre, au cours d’une peine de prison, d’une conscription, d’une hospitalisation, d’une situation de handicap. Il présente des expériences à partir de témoignages dans le cadre des camps de concentration, des camps de transit, des hôpitaux psychiatriques, des établissements pour personnes âgées, des écoles, des sectes. Le regard des sciences humaines et sociales est mobilisé pour mieux comprendre ces processus et ces personnes, leurs trajectoires, leurs réactions, leurs mobilisations. La réclusion, quelle que soit sa durée, induit des conséquences durables, mais les actions et réactions, les adaptations matérielles, symboliques, permettent de construire les modalités de dépassement de ces expériences parfois hautement traumatiques ».

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62171

 

Radio – Une histoire de la folie

Le thème hebdomadaire de l’émission historique de France culture La Fabrique de l’Histoire s’intitule cette semaine « une histoire de la folie ». De lundi à jeudi, chaque épisode se décline sur un sujet et selon un format particulier:

Lundi 25 février: Grand entretien avec Maud Ternon sur le thème « Furor, furiosus. La folie au Moyen Âge ».

Mardi 26 février: Balade urbaine autour de « La folie à Paris, du XVIIe au XXe siècles », en compagnie de Benoît Majérus.

Mercredi 27 février: Débat historiographique « Quelle histoire de la folie après Foucault », avec Philippe Artières, Hervé Guillemain et Aude Fauvel.

Jeudi 28 février: Documentaire consacré à Paul Taesch, interné à l’asile d’aliénés Saint-Athanase de Quimper où il rédigea son autobiographie en 1896, et auquel Anatole Le Bras a consacré un récent ouvrage.

Plus d’informations sur le site internet de l’émission:
https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire

 

Parution – Le bagne des fous

Véronique Fau-Vincenti, qui avait présenté une partie de ses recherches au cours de la dernière séance du séminaire de l’année dernière, vient de faire paraître un ouvrage intitulé Le bagne des fous, aux éditions La Manufacture de livres.

Voici le descriptif fourni sur le site de l’éditeur:

Un « quartier de sûreté, réservé aux aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles », a ouvert au sein de l’asile de Villejuif le 3 mars 1910. Plus de 2 500 hommes y ont été internés entre 1910 et 1960.


Regroupés sous le qualificatif d’aliénés difficiles par commodité et par euphémisme, l’internement de ces hommes dénote de l’appréhension médico-judiciaire d’individus reconnus aliénés. D’aucuns de ses médecins-chefs qualifiaient la section de première réalisation en France d’une « idée grandiose », soit « l’alliance de la criminologie et de la médecine », révélant la porosité entre ces deux domaines. Délinquants multirécidivistes, criminels d’occasion, simulateurs de troubles mentaux, collaborateurs, fils de bonne famille dévoyés, mais encore désaffiliés au ban de la société se sont ainsi côtoyés dans cet espace à la fois établissement de défense sociale à la française, infirmerie pénitentiaire et survivance de l’Hôpital général.


L’histoire de la 3e section de l’asile de Villejuif, surnommée « le bagne des fous » dans la presse – puis baptisée section Henri-Colin en l’honneur de son concepteur – permet de dévoiler un pan méconnu de l’histoire de la prise en charge psychiatrique dans un espace où mandat sécuritaire et mission hospitalière ont rivalisé.

Podcast – Séance 2, Année 2

Hier avait lieu la deuxième séance de la deuxième année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était intitulée « Correspondre entre les murs ». A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’entendre Elsa Génard à propos des liens épistolaires et des liens familiaux en prison, ainsi que Paul Marquis sur les liens familiaux au prisme de la correspondance asilaire. 

La communication d’Elsa Génard est désormais (ré)écoutable via le podcast ci-dessous: 

_ Intervention Elsa Génard: 
« “Je t’écrirais plutôt trois fois qu’une si cela dépendait de moi”. Liens épistolaires et liens familiaux en prison (France, fin XIXe siècle-années 1930) »

https://ia801505.us.archive.org/18/items/CommunicationElsa.3gp/Communication%20Elsa.mp3

Parution: Vulnérables. Les patients psychiatriques en Belgique (1914-1918)

L’ouvrage de Benoît Majerus et de Anne Roekens part de l’idée  que l’un des angles morts de ces années de guerre réside dans le sort des patients psychiatriques. Internés dans des grandes structures, tributaires des rations officielles, ceux-ci sont touchés par une surmortalité hors norme. L’ouvrage est consacré à l’analyse de ce processus de fragilisation, encore très peu étudié. Des chapitres thématiques alternent avec l’évocation d’une certaine Élise qui a vécu ces événements de l’intérieur.

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993100211100

Exposition, Mohamed Bourouissa: art et psychiatrie en Algérie au centre Pompidou

L’installation que l’artiste (qui est l’un des finalistes du prix Marcel Duchamp) a conçue pour cette exposition s’intéresse à un bâtiment historique, celui du premier hôpital psychiatrique construit en Algérie, à Blida  en 1937. Cet hôpital a été dans les années 1950 le lieu d’une rupture déterminante avec les méthodes discriminatoires et les thérapies de l’époque coloniale (Voir le travail de Paul Marquis). Le psychiatre et philosophe Frantz Fanon y a introduit de nouvelles méthodes de soin, fondées notamment sur le jardinage. Mohamed Bourouissa a pris pour guide un doyen du lieu, un patient qui a traversé le siècle. Une construction architectonique et un film interrogent cette histoire où s’entremêlent une idée de la folie, une pratique de la domination et une théorie raciale.

https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f&param.idSource=FR_E-2abaf81e9736fdab6ec2b6eb6f25ef3f

C’est du 10 oct. 2018 au 31 déc. 2018 de 11h à 21h à la Galerie 4 du Centre Pompidou, Paris

Colloque « Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles », Grenoble, 27 et 28 septembre 2018

COLLOQUE : « POUR UNE HISTOIRE DES PUNI.ES DANS LES INSTITUTIONS DISCIPLINAIRES EN EUROPE (XIXE-XXE SIECLES) »

Date : 27 et 28 septembre 2018

Lieu : salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères

Programme : https://bit.ly/2NUTWqr

Présentation : Cette troisième rencontre s’inscrit dans un projet de recherche collectif intitulé « La micropénalité en institutions en Europe (XIXe – XXe siècles) : pour une histoire sociale comparée des institutions à l’époque contemporaine ». L’enjeu de ce projet est double. L’objet qui rassemble ces chercheurs est, à un premier niveau, l’étude des punitions ordinaires, soit l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles, réglementées ou non, produites dans le cadre d’une institution pour sanctionner les comportements estimés non conformes. Mais il adopte aussi une perspective comparatiste centrale pour interroger les continuités et les permanences qui traversent l’ensemble des institutions disciplinaires contemporaines en Europe (asile psychiatrique, caserne, couvent, école, hôpital, maisons de redressement, maison de retraite, prison, usine). Ainsi, en pensant ensemble des institutions étudiées jusque-là indépendamment les unes des autres, l’étude du phénomène micropunitif a pour ambition de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, à mettre en résonnance des régimes politiques aux idéologies divergentes, à penser le temps long de l’histoire des populations prises en charge temporairement ou à titre définitif par une institution.

Le colloque organisé à Grenoble en septembre 2018 sera donc consacré aux femmes et aux hommes puni.es. Il prolonge la réflexion collective autour des interactions punitives entamée en décembre dernier à partir de l’étude du pouvoir des administrations. Des logiques institutionnelles qui justifient, formulent, discutent, établissent les assises théoriques et les formes pratiques qu’empruntent les punitions du quotidien, nous passerons à l’étude de ceux qui les éprouvent. Il s’agira donc cette fois-ci de s’interroger sur les effets biographiques, économiques, physiques, relationnels et émotionnels du pouvoir punitif. Malgré l’apparente binarité entre des administrations qui punissent et des populations instituées qui sont punies, c’est toute la complexité de l’expérience punitive qui sera ici interrogée. La question posée peut néanmoins se résumer simplement : qui est puni.e dans les murs des institutions disciplinaires et que fait l’exercice de la discipline quotidiennement administrée à des soldats, des élèves, des malades, des délinquants, des criminels ? La visibilité très variable selon les institutions de la question punitive, son caractère assumé ou caché, le caractère extrêmement disparate des sources sur les populations en institution sont une chance pour cette rencontre qui entend mieux comprendre la fabrique quotidienne des puni.es de l’école à l’hospice. Ainsi nous invitons les participants à multiplier les angles de vue pour saisir les puni.es. En questionnant l’articulation entre le collectif et l’individuel et en faisant varier les échelles d’analyse, de l’étude des populations punies à celle des biographies personnelles, nous espérons donner à la comparaison des institutions disciplinaires de nouveaux objets.

Colloque organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles)

 

 

 

Podcast Séance 6

En juin dernier avait lieu la sixième et dernière séance de la première année du séminaire « Entre les murs, hors les murs » du GRID. Cette session était consacrée aux populations mobiles. Elle nous avait permis d’entendre successivement les présentations de Paul Marquis, de Véronique Fau-Vincenti et de Marie Derrien et Mathilde Rossigneux-Méheust. 

Vous pouvez désormais écouter ou réécouter les deux premières communications par l’intermédiaire des podcasts ci-dessous:

_ Intervention de Paul Marquis: « Des détenus politiques à l’hôpital psychiatrique : parcours individuels et positionnements institutionnels pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) »

_ Intervention de Véronique Fau-Vincenti: « De Charybde en Scylla : itinéraires de patients médico-légaux ayant transité en service de sûreté psychiatrique (1910-1960) »

Présentation d’ouvrage – Schizophrènes au XXe siècle

Dans le cadre du cycle de rencontres du Lab-ah, Hervé Guillemain viendra présenter son dernier ouvrage, intitulé Schizophrènes au XXe siècle: des effets secondaires de l’histoire, dont nous annoncions la sortie il y a quelques semaines. Le livre sera discuté par Olivier Canceil, psychiatre et vice-président de Santé mentale France. L’événement aura lieu le 25 juin 2018 de 17h30 à 19h, au sein de la Bibliothèque médicale Henri Ey, au pavillon de l’Horloge de l’hôpital Sainte-Anne (1 rue Cabanis, 75 014 Paris). L’inscription est obligatoire, via le lien suivant: https://www.kawaa.co/fr/rencontre/6704.

Radio – Hôpital psychiatrique en grève

La semaine dernière, l’émission de France culture « Les pieds sur terre » s’intéressait à la grève du Centre hospitalier du Rouvray, troisième hôpital psychiatrique de France, entamée depuis le 22 mars 2018. Un reportage éclairant sur le métier de soignant et sur les conditions de vie et de travail en psychiatrie.

A écouter ou réécouter ici: https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/hopital-psy-en-greve